Depuis ce samedi 17 novembre, une colère s’exprime dans notre pays, un mécontentement, une envie de changement… Plusieurs messages, parfois contradictoires, ont été donnés par les Gilets Jaunes.

Je ne retiendrai pas ceux de la violence, ou ceux de la récupération politique, comportements que les françaises et les françaises aujourd’hui rejettent. 
Pour l’illustrer, pendant que certains élus sur le terrain soutenaient les Gilets Jaunes, d’autres au Sénat votaient de nouvelles taxes, que le Gouvernement et la majorité La République En Marche refuseront (exemple : taxe sur les mutuelles).

Oui, il faut le dire, La République En Marche n’a pas pour projet d’augmenter la fiscalité. 
Le Président de la République défend aujourd’hui un projet d’équilibre financier, afin de ne pas répondre aux nouveaux besoins que nous constatons par de nouvelles taxes ou par la dette qui ne représente que des taxes futures.

Oui, le Gouvernement assume en 2017 et 2018 un budget qui donne à certains et retire à d’autres pour garder l’équilibre :

Ce budget pense aux plus modestes :

  • Dédoublement des classes de CP en REP et REP + : ce sont des moyens financiers qu’il faut mobiliser. Le budget de l’Education Nationale c’est le premier budget de l’Etat représentant 50,9 % !
  • Suppression de la mutuelle étudiante (Economie 217 Euros par étudiant)
  • Hausse des minimum vieillesse (+ 100 Euros par retraite) et Hausse de l’Allocation Adulte Handicapé (+ 90 Euros par personne)
  • Suppression des cotisations sociales pour les travailleurs : gagner plus avec son travail
  • Suppression progressive de la Taxe d’Habitation pour toutes et tous
  • Mesure d’aide en faveur de la transition écologique : prime à la conversion, chèque énergie…

Ce budget veut également soutenir les PME car nos entreprises c’est l’emploi, et c’est un choix que nous faisons :

  • Transformation du CICE en baisse de charge pérenne
  • Baisse de l’Impôt sur les sociétés à 28 %

Et il y a d’autres mesures encore, et surtout des réformes en profondeur comme celle en cours de construction sur la formation professionnelle.

Ce budget sollicite les françaises et les français :

  • Hausse de la CSG qui a touché les retraités mais aussi tous les revenus
  • Taxe Carbone sur le Gasoil : pour changer les comportements et poursuivre le financement d’une transition écologique

Nos impôts financent notre pays, ils financent son changement. 
Ces fonds ne vont pas dans un « pot perdu » pour financer le train de vie des Elus. 
Le Budget de l’Etat est de 242,9 Milliards, dont 50,9 % pour l’Education Nationale, et 20 % pour la Défense.

Pour être plus précis, aujourd’hui la presse évoque un taux de prélèvement de l’Etat de 45,3 % en 2017 soit 1 000 Milliards d’Euros, qui augmente en 2018. Ce taux est en effet un des plus élevés d’Europe et le sentiment de « taxes importantes » est compréhensible. Voilà en quoi cela consiste :

  • Les Impôts 653,5 Milliards : Ecole, Défense, Police, Justice, collectivités locales…
  • Les Cotisation Sociales pour 384,5 Milliards d’Euros : notre système de Santé, d’assurance Chômage…
  • Les Taxes Fiscales : impôt ponctuel comme la taxe locale d’équipement…

L’ETAT, donc l’action du Gouvernement aujourd’hui tant décriée, ne concerne que 24,2 % de cette somme soit 242,9 Milliards : cela finance l’Ecole, la Défense, la Police, la Justice…

Le Président de la République l’a dit lors de son interview sur le Charles de Gaulle : la trajectoire est la baisse des impôts pour redonner de la richesse aux Français et Françaises. Et cela commence dès 2018… et se constatera à la fin du quinquennat car il s’agit de politique sur un temps long qui rompt avec 30 ans de fonctionnement toujours similaire : plus d’aide donc plus de fiscalité.

La question légitime à laquelle nous pouvons collectivement travailler est : « A quoi servent mes impôts ? Sont-ils bien utilisés ? »

Dès son élection, la République en Marche a voté avec le MODEM la « loi de moralisation de la vie politique » : concrètement maintenant les députés justifient de leurs dépenses auprès de l’Etat. C’est une revendication des Gilets Jaunes : elle est déjà actée par la majorité en place. Est-ce que la Droite ou la Gauche l’ont fait ? Est-ce que les extrêmes l’ont même proposé ? non.

Le Président de la République tient ses engagements initiaux : faire de la politique autrement, modifier les pratiques et instaurer davantage de transparence.

Vous voulez aller plus loin sur ce sujet ? Alors oui La République En Marche est prête à vous écouter et à proposer à ses parlementaires des idées pour améliorer les prestations de l’Etat et continuer à faire évoluer notre fiscalité.

Contactez-nous, écrivez-nous, participez à nos questionnaires de terrain, nous sommes à vos côtés au travers de nos comités locaux : https://en-marche.fr/comites.

*Reynald CADORET 
Référent Territorial * La République en Marche dans le Var