Au lendemain des élections municipales…

En France

La République En Marche a investi ou sourenu 574 candidatures dont 25% ont remporté le scrutin. Ces élections, ce sont aussi des milliers de marcheurs qui ont intégré des conseils municipaux sans tête de liste La République En Marche et d’autres milliers qui ont vécu une campagne, n’ont pas gagné cette fois mais poursuivent leur engagement pour la vision et les valeurs que nous partageons. Nos idées avancent.

10 villes sur 275 villes de plus de 30000 habitants ont été remportées par des listes écologistes : que l’écologie apparaisse dans les médias comme une préoccupation majeure des citoyens, il faut nous en réjouir. Pour autant les "écologistes" ne sont pas l’unique voie face à un enjeu universel. Nous devons tous nous fédérer autour de ce sujet sans posture politique : s’il y a bien un endroit où il faut dépasser les clivages c’est bien ici. Le bilan du Gouvernement est concret : nous avons fait en matière d’écologie plus que les "écologistes" passés en responsabilité dans les années passées.

Au-delà des cas de Perpignan et de Moissac, l'implantation du « Rassemblement National » recule : en 2014, le RN avait comptabilisé 1438 sièges dans 463 communes ; six ans plus tard, ce ne sont plus que 840 sièges dans 258 communes.

Cette élection est en grande partie une élection sans étiquette notamment dans la ruralité où de nombreux marcheurs se sont engagés. De façon générale, les maires sortants ont été souvent reconduits, représentant, plus que jamais en cette période de crise, la stabilité et la sécurité pour les électeurs. Le taux d’abstention de près de 56 % sur ces deux tours sème malgré tout un sérieux trouble sur l’analyse des résultats et sur son impact sur notre démocratie représentative.

En Tarn-et-Garonne

• Le RN accède aux responsabilités municipales à Moissac : le 28 juin a été élu un homme d’extrême droite non pas pour ses compétences ou son projet mais parce qu’il incarne le rejet de l’immigration dans une ville singulière à forte main d'oeuvre étrangère. Gérard Vallès, ancien responsable France Télévisions Sud-Ouest a bataillé plus d’un an pour rassembler les forces progressistes et faire face au RN mais les égos ont pris le pas sur la raison. Gérard a mené la liste "Moissac naturellement" où l'écologie et les synergies de territoires étaient centrales.

• Brigitte Barèges est réélue à Montauban : aujourd’hui mise en examen, deni du COVID, tentative de fermeture d’un centre d’accueil pour SDF, gouvernance sans écoute … Pierre Mardegan, responsable des urgences et du SAMU 82 a fédéré une équipe de citoyens talentueux pour qui c’était, pour beaucoup, le premier engagement. "Osons Montauban" portait un projet visionnaire qui raisonne dans le contexte actuel.

• Jean Michel Baylet est élu à Valence d’Agen de justesse : Corinne Dubois, officier de police judiciaire, s’est battue pour monter une liste, avec 46 % des voix, elle amène à tous ceux qui se lancent pour la première fois sur un scrutin une formidable espérance.

Aujourd’hui l’heure est à affronter la crise, nous espérons que dans ces villes le meilleur soit décidé pour les habitants. Nous garderons une posture de dialogue, de rassemblement et de dépassement au-delà des clivages politiques en dehors des extrêmes.

Quel était l’objectif de ces élections municipales pour La République En Marche ?

Il était double : favoriser l’engagement citoyen et travailler avec les élus progressistes. La République En Marche est un mouvement ouvert qui a pour boussole de faire avancer des idées pragmatiques et efficaces.

Favoriser l’engagement citoyen : À la suite de l’appel à engagement que nous avons fait l’été dernier par messagerie, par téléphone, nous avons proposé à chacun de s’engager avec notre accompagnant, de se mettre en relation avec des partenaires progressistes sur les communes du territoire. Corinne Dubois a été candidate à Valence d'Agen suite à cet appel !

Travailler avec les élus progressistes du territoire : De nombreux maires sans étiquette font un travail extraordinaire et nous partageons les mêmes valeurs ! Félicitations pour leur réélection ! Nombreux ont eu l'intelligence de travailler avec des hommes et des femmes de qualité au-delà de leurs étiquettes : ainsi des marcheurs se sont souvent engagés à leur côté. Ce fût le cas à Caussade, à Castelsarrasin et dans de nombreuses autres communes.

La République En Marche est un mouvement jeune, qui innove, qui défend un projet ambitieux. Nous apprenons autant de nos échecs que de nos réussites. Le temps est notre allié. Le général De Gaulle a mis 10 ans pour ancrer son mouvement, nous en sommes à 4 …