Un débat cadré en 4 thèmes mais aucunes questions interdites Pour Emmanuel Macron, le grand débat national qui s'ouvre est « un grand pas en avant pour notre République » et devra transformer des colères en solutions. Il souhaite que le plus grand nombre de français puissent participer autour des thèmes choisis : • l'impôt et la dépense publique, • l'organisation de l'État, • la transition écologique, • la démocratie, la citoyenneté et la laïcité.

Il concède un problème autour de l’impôt Pour Emmanuel Macron, un impôt trop élevé pénalise l’économie et les emplois, et en même temps, celui-ci ne peut être baissé sans baisser d’autant la dépense publique ou trouver de nouvelles recettes. Il demande donc aux Français de trouver des moyens de faire des économies, en proposant notamment de « supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ». Et refuse toujours de revenir sur la réforme de l’ISF avant d’en avoir vu et évalué les effets.

Il ouvre la voie sur d’autres questions • La représentation de nos territoires par une transformation du Sénat et du CESE (Conseil Économique et Environnemental), • L’amélioration de notre système de représentation par la reconnaissance du vote blanc, la dose de proportionnelle à adopter et même le vote obligatoire, • L’association plus régulière des citoyens à la décision publique par l’accroissement du nombre de référendums, • L’efficacité de notre système d’intégration par la mise en place d’« objectifs annuels » (autrement dit quotas ?), • Notre capacité à vivre ensemble par des moyens de renforcer notre laïcité.

Retrouvez la lettre du Président de la République