Cette mesure pourra être mise en place dès le 1er janvier 2022 et permettra de couvrir, en tiers payant : 1️⃣ le coût de la contraception et des actes liés 2️⃣ la consultation chez le médecin prescripteur du contraceptif 3️⃣ la réalisation d'éventuels tests biologiques

Son coût annuel est estimé à 21M€.

Une part trop importante des femmes de 18 à 25 ans n'a pas accès aux méthodes de contraception les plus efficaces pour des raisons essentiellement financières. 👉 Le gouvernement s'engage à ce que les femmes n'aient pas à renoncer à la contraception pour des raisons économiques, en particulier au moment de leur entrée dans la vie active.

Une part considérable des femmes de 18 à 25 ne sont pas encore autonomes financièrement, et c'est une spécificité de cette tranche d'âge, elles doivent souvent recourir à leurs parents. 👉 Le gouvernement s'engage à permettre aux jeunes femmes de 18 à 25 ans d'avoir recours à des méthodes de contraception de façon anonyme, sans avoir à en référer à leurs parents, pour davantage d'autonomie.

Enfin, prendre en charge les frais liés à la contraception des femmes âgées de 18-25 ans, c'est aussi réduire le nombre d'IVG pratiquées par an, et prévenir leurs potentielles répercussions sur la santé des femmes qui y ont recours. 👉 Fidèle à Simone Veil, Le gouvernement s'engage à mieux prendre en compte les répercussions de l'IVG sur la santé, notamment psychique, des femmes les plus jeunes.