Les candidats écologistes de 2020 défendaient bec et ongle un grand Parc sur la friche ferroviaire Ordener-Poissonniers. Les élus EELV d’aujourd’hui, Anne-Claire Boux en tête, vantent maintenant et publiquement les mérites du projet urbain porté par la Mairie depuis 6 ans… et qui n’a pas changé d’un iota depuis sa version de décembre 2019. Quelle déception pour leurs électeurs et quel irrespect pour les habitants du 18e !

Ce projet a été au coeur de la campagne des municipales de 2020 dans notre arrondissement. Les élus écologistes en avaient fait leur cheval de bataille, David Belliard le premier, en proposant un ‘contre-projet’ de grand Parc à la place des constructions prévues.

Entre les 2 tours de l’élection, suite à l’alliance d’EELV et de Paris En Commun, Anne Claire Boux, tête de liste EELV du XVIIIe exprimait publiquement : « Le projet va être réévalué, de l’espace bâti pourra être sacrifié. » quand Emmanuel Grégoire, 1er adjoint à la Maire de Paris disait : « Sur les grands projets d'urbanisme (NDLR : notamment la ZAC Bercy Charenton (XIIe), le TEP Ménilmontant (XIe) ou le site Ordener-Poissonniers (XVIIIe)), nous nous sommes engagés à des concertations avec les habitants qui pourront aller jusqu'à des révisions de programmation ».

1 an plus tard ? Aucune réunion publique de concertation ne s’est tenue depuis le 16 décembre 2019 (15 mois de silence au total). Mercredi 31 mars au soir, à la réunion de « clôture de la concertation », la Mairie a avancé des changements ‘nouveaux’ :

  • une diminution du nombre de logements de 500 à 400,
  • un agrandissement du parc de 10.000 m2 à 15.000 m2.

Or il n’en est rien : ces changements étaient déjà au programme du projet présenté en décembre 2019 ! Le projet n’a, ni été rouvert à la concertation avec les habitants, ni évolué vers plus d’espaces verts malgré la mobilisation, les attentes et les promesses de campagne. Il reste inadapté à ce quartier enclavé et dense, et à cet arrondissement qui a besoin d’espaces verts de pleine terre d’un seul tenant accessible aux habitants. Il est loin le temps où les écologistes disaient NON à la bétonisation de la friche.

Cette façon de prendre les habitants pour des imbéciles est insupportable. Cette façon de faire de la politique est détestable. Pour abîmer un peu plus la confiance des citoyens en leurs élus et les éloigner des urnes, on ne peut mieux faire !

« Adapter la ville face aux changements climatiques est un combat à mener collectivement. Pas un drapeau à agiter aux élections pour mieux négocier des places ! » indique Justine HENRY, conseillère du XVIIIe arrondissement.

« Ce projet n’est pas acceptable en l’état. Créer un nouveau quartier, qui impactera la vie des habitants sur des décennies, ce n’est pas jouer au Monopoly. La rentabilité financière ou les stratégies d’alliances politiques n’ont rien à y faire ! » indique Mathieu MONCOMBLE, urbaniste et référent LaREM du XVIIIe arrondissement.