Union

En parcourant l'abondante littérature parue dans la presse après les élections, j'arrive à la conclusion -pas vraiment originale- **qu'il faut tout faire pour unir les Français, mais pas nécessairement en leur donnant de l'argent. **

Ce n'est pas cela qu'ils demandent le plus au fond : ce qui leur tient à cœur c'est d**'être écoutés et surtout entendus**. Saint Louis rendait la justice sous un arbre. Louis XIV a été le premier à préparer la Révolution Française en s'exilant dans son palais loin de ses sujets. Les anciens grands « partis de gouvernement » ont failli à leur tâche un peu de la même manière.

Le parti socialiste, traditionnellement défenseur des prolétaires, est devenu, du haut en bas de l'échelle, un parti de bourgeois. Peut-être étaient-ils encore « socialistes » pour se donner bonne conscience. Mais il n'y a plus beaucoup de prolétaires. On pourrait même se demander s'il y en a encore si l'on regarde le résultat du PC, qui fut un grand parti, fidèle à sa tradition. Là aussi il y a décalage, les prolétaires votent ailleurs et ceux qui restent ne sont pas soumis au régime inhumain qui fût le leur au XIXème siècle. Il résulte à nouveau un décalage pénible pour tous. Quant aux partis de droite, c'est la course au conservatisme, sans doute faute d'avoir trouvé d'autres projets pour leurs électeurs.

Finalement, des deux côtés, on n'est plus en phase avec les réalités :** c'est le décalage à tous les étages**. J'en viens à mon titre : j'ai lu récemment le manifeste d'un des candidats à la mairie de Paris qui prônait le vote « par quartier ». Je ne sais pas si cela est réalisable en pratique, mais je trouve cela pas bête et au moins cela va dans le bon sens.** Car nous voulons tous être entendus, au plus près**. Dans une grande agglomération - comme Paris - comme partout en France, chacun voudrait pouvoir s'adresser à quelqu'un. Mais cela devient de plus en plus difficile. Sauf dans une petite commune où les encouragements et les invectives peuvent être directement adressés à une personne qui existe et qui est « accessible » ! C'est peut-être pourquoi la « communauté de communes » qui paraissait une si bonne idée, semble avoir du plomb dans l'aile, toujours pour la même raison : on ne sait plus à qui parler.

J'ignore si ce message atteindra ceux qui nous gouvernent, mais être, par l’écoute et considération, plus unis, sans être nécessairement du même avis - ici je reviens aux partis -, est un besoin indispensable pour nous tous. **Et personne ne s'en plaindra, ce qui est exceptionnel. **

Aymar

Si vous souhaitez échanger, dialoguer, polémiquer, vous pouvez m'adresser vos remarques par mail : aymar.laremparis17@gmail.com