La Presse

La Presse me désespère Non par son contenu, mais par l'incroyable effort que je dois faire pour situer l'information dans le réel. Quand on lit un journal c'est pour connaître les nouvelles . Erreur. Chacun présente l'actualité selon son idée. Ceci est normal et inévitable. Or il y a pire : l'utilisation de procédés plus ou moins raffinés pour dire son opinion sans la dire.

Évidemment il y a des degrés. Simpliste: allant droit au but. L’Huma ou le Canard. Il n'y a pas de problème: Les “Travailleurs et les Travailleuses”, comme disait le grand Georges Marchais, sont toujours exploités honteusement et “Monsieur Haby a toujours des revers”. Voilà qui ne me donne pas mal à la tête. Pas loin je trouve Libé qui, depuis ses grands débuts, s’est figé dans l’indignation. Or il y a plus raffiné dans le journal Le Monde, par exemple.Un projet du gouvernement auquel il est hostile : après une longue et précise énumération de toutes les mesures envisagées, Patatras, une petite phrase met tout par terre : “ce sera bien difficile à appliquer”. Plus raffiné encore : après une liste des difficultés que notre situation présente :” les travailleurs seront bien gênés”. Mais il n'y a pas que les travailleurs ? Enfin, un tout petit article pour un projet (sans doute capitaliste) qui prend une demie page dans un autre quotidien. J'oubliais Le Figaro : il s'adresse principalement à des gens qui n'aiment pas couper les cheveux en quatre, il est direct tout en s'attachant à sa ligne.

Tout ceci est fatiguant et déprimant : on lit comme s'il s'agissait d'une langue étrangère qu’on ne connaît qu’après un long entraînement. Enfin, je ne perds pas courage et j’apprends à lire.

Réagissez sur aymaretcatherine@gmail.com