LaREM Paris 11e, partage l’opposition des riverains et des associations, et souhaite contribuer à une solution alternative tournée vers nos priorités de demain : la transformation de Paris en ville zéro carbone, l'insertion de logements sociaux, la promotion des lieux de vie et la démocratie locale.

Il y a 7 ans, le conseil de Paris a voté la destruction d'un terrain de sport en plein air de 11 000 mètres carrés dans le Nord du 11e arrondissement, pour y construire des logements sociaux, un dépôt de déchets desservi par une rampe de parking et 2 petits terrains de sport dont l'un souterrain. Nous, membres de LaREM dans le 11e, partageons l’opposition des riverains, passionnés, associations face à l'exécution de ce projet et souhaitons contribuer à une solution alternative tournée vers nos priorités de demain : la transformation écologique de Paris en ville zéro carbone, l'insertion fonctionnelle de logements sociaux, la promotion des lieux de vie et d'activité, et la démocratie locale. Nous appelons donc la municipalité à revoir sa position : le projet voté en 2011 n’est plus adapté aux enjeux actuels, il peut et doit être revu d’autant qu'il va contre les priorités que la municipalité a elle-même définies :

  • la Mairie a fait une priorité dans son plan climat de rendre les sols de la Ville plus perméables pour favoriser la respiration des quartiers et réduire les températures. Mais au moment même où les Parisiens vont financer la déperméabilisation de 3 cours d'écoles, la Mairie se lance ici dans l'artificialisation de 11 000 mètres carrés — l'équivalent d'une douzaine de cours d'écoles parisiennes.

  • la Mairie promeut la démocratie locale et l'agriculture urbaine ; mais dès janvier 2017, un jardin partagé et productif tenu par des riverains a été démoli, sans autorisation et avant que les recours déposés aient été tous purgés. Cette verticalité du processus d'implantation est anachronique et violente, comme en témoignent les banderoles et l'hostilité des riverains.

  • la Mairie a fait de l'accès au sport pour toutes et tous... et supprime un des rares lieux ouverts, ensoleillés et accessibles de l'arrondissement. Les 2 terrains de sport seront pour l'un enfermé en cour d'immeuble, sans accès au soleil direct et exposé aux reproches de nuisance des voisins, pour l'autre souterrain. Ces espaces jusqu'ici ouverts ne seront plus accessibles qu'avec contrôle d'accès depuis la rue. Enfin cette transformation n'a été demandée par aucune association sportive du quartier, elles qui savent combien un terrain versatile, ouvert et accessible est important pour la pratique du sport de tous les publics.

  • la Mairie promeut un espace public apaisé, mais la construction de ces logements sur 11 niveaux va boucher le seul accès à l'ensoleillement direct sur tout le Boulevard. Plus généralement, ce projet revient à utiliser un des derniers espaces verts de Paris pour y construire... des logements dans l'arrondissement le plus dense de la Ville — et l'un des quartiers les plus denses du monde. Quant au passage de la Folie-Regnault, presque sans trafic routier aujourd'hui, il deviendrait l'itinéraire d'accès 24/24 pour camions de 3 tonnes qui accèderaient à la déchèterie souterraine

  • Enfin, plus récemment, au lieu de laisser ce terrain ouvert à sa vocation sportive et comme jardin partagé, le lieu a été grossièrement détruit pour y aménager un parking en plein air à camions poubelles, accolé à un « bar éphémère » dont les profits ont été privatisés et qui n'a opéré que pendant l'été 2018. En pleine campagne anti-mégots… ce terrain propre a été recouvert de cigarettes en un seul été.

Dès maintenant, nous souhaitons :

  • la suspension immédiate des travaux pour donner le temps aux procédures en cours de s'exprimer sur le projet, et la définition d'un nouveau cadre de discussion pour explorer des alternatives plus actuelles et en phases avec les aspirations des parisiens et des riverains ;

  • restaurer au moins partiellement la vocation sportive du terrain au plus grand nombre en supprimant le stationnement de camions poubelles et en nettoyant le terrain précédemment occupé par le bar éphémère.

Ce cas d’espèce doit aussi nous aider à doter le 11e arrondissement d'une vision ambitieuse en matière d'espace vert, de biodiversité et de vie active et sportive pour accompagner l'indispensable évolution de la qualité de vie du 11e et accompagner les changements climatiques en zone dense :

  • l'ancien stade Ménilmontant était utilisé par une association qui avait développé un jardin maraîcher, par les pratiquants de sport sur le terrain central, et souvent par les familles en sortie d'école, comme espace de jeu à l'abri des voitures. Pourquoi ne pas développer cette vision partagée, productive et économique qui a tout pour devenir le pilote d'un projet plus large ? La proximité de ces usages sportifs créée une présence permanente et soutient le respect des lieux. Le stade peut devenir un jardin-stade, avec une structure en bois pour offrir des vestiaires fermés et un accès à l'eau à tous les utilisateurs. Dans la redécouverte des pratiques maraichères parisiennes et pour contribuer à restaurer le leadership mondial de Paris en agrotech, le jardin maraicher coté Folie-Régnault pourrait être un lieu expérimental où les campus parisiens pourraient participer et apprendre.

  • pour contribuer à grande échelle à la biodiversité du 11e arrondissement, nous souhaitons une connexion végétale et apaisée entre l'angle Nord-Ouest du stade-jardin Ménilmontant vers la rue Durati, puis son insertion dans une trame de biodiversité et interdite aux moteurs thermiques qui pourrait relier à terme le Père Lachaise au boulevard Richard Lenoir en passant par le square Maurice Gardette et le nouveau jardin Truillot, depuis un boulevard de Ménilmontant réaménagé et pacifié.

  • En face du jardin-stade, le terre-plein du boulevard Ménilmontant ne parvient pas aujourd'hui à réaliser son rôle d'accueil apaisé pour les familles et les promeneurs, notamment parce qu'il est enserré entre 2x2 voies particulièrement fréquentées aux heures de pointe et que n'atténue pas la simple présence traditionnelle d'arbre de perspective. Réfléchissons à déplacer tout le trafic sur une seule de ces rives, au profit d'un projet de parc urbain sur toute la longueur.

  • Enfin, et pour que les JO 2024 ne soient pas une compétition internationale hors-sol mais l’occasion de revisiter la pratique sportive de toutes et de tous, il faut au contraire sauvegarder les installations sportives ouvertes et investir dans les équipements sportifs municipaux.

L'échec de la concertation sur le projet Ménilmontant doit enfin faire évoluer plus largement la manière dont les projets d’aménagement seront menés dans la décennie 2020, dans le 11e arrondissement et plus généralement dans l’Est parisien :

  • en matière de réponse à la demande de logements sociaux, nous souhaitons que soit tenu compte du contexte local. En l’occurrence, dans le 11e arrondissement, déjà très dense, il s’agit plutôt de reconstruire et optimiser certains bâtiments et non pas de bétonner les rares espaces verts d’un arrondissement qui se classe seizième sur vingt en la matière à Paris. Il faut par ailleurs tenir compte des enjeux de mixité sociale en ne concentrant pas le logement social dans certains quartiers — le parc de logements du nord du 11e compte déjà jusqu’à 40% de logements sociaux

  • pour le besoin de déchèterie intermédiaire datant des années 2000 et maintenu par la Mairie, nous souhaitons que le projet soit actualisé à la lumière du Plan Climat 2018 de Paris qui préconise de refondre le système actuel et porter une nouvelle dynamique de la gestion des déchets. En effet, la lutte en amont contre l'émission de déchets est une alternative vertueuse à l'immobilisation foncière, en particulier dans ce contexte urbain.

  • pour inscrire Paris dans une trajectoire zéro carbone à horizon 2050, nous souhaitons que tout projet de construction soit soumis à un cahier des charges clair et unifié qui inclut, comme le propose le Plan climat gouvernemental, de mettre fin à l'artificialisation des sols parisiens.

L'équipe Paris 11ème