En pleine crise des gilets jaunes, les quarante et une pages du désormais fameux Pacte de Marrakech?, texte pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, ont permis au Rassemblement National de Marine Le Pen et au parti de Nicolas Dupont-Aignan de rajouter de l’huile sur le feu en distillant de fausses informations, relayées complaisamment par certains leaders du mouvement.

Ce texte ne vise donc évidemment pas à développer les flux migratoires mais, tout au contraire, à organiser, comme son nom l’indique, des migrations sûres et ordonnées, en coopération avec les Etats. L'un des principes directeurs qui sous-tend le pacte est le « droit souverain des États de définir leurs politiques migratoires nationales et leur droit de gérer les migrations relevant de leur compétence, dans le respect du droit international ». Parmi les vingt-trois objectifs de ce texte, qui ne requiert aucune signature car il est non-contraignant pour les Etats, nous pouvons retenir :

  • Une meilleure connaissance des flux (chiffres, pays d’origine, raisons du départ…),
  • La lutte contre les facteurs qui conduisent les populations à émigrer, pour les aider à demeurer dans leur pays, dans de meilleures conditions,
  • La lutte contre les réseaux d’immigration clandestine, les passeurs, la traite des personnes,
  • Une meilleure accessibilité des filières légales, « l’invariabilité et la prévisibilité des procédures migratoires », « sauver des vies »…
  • Une meilleure intégration des immigrés dans le pays d’accueil, faciliter l’aide personnel au développement du pays d’origine (y compris faciliter les transferts de fonds) et aider au retour, s‘il est possible et souhaité.

Ce texte est donc une série de mesures qui permettent de comprendre les phénomènes migratoires, d’éviter si possible les migrations qui sont toujours des déracinements et, si elles sont néanmoins nécessaires, de les organiser afin que les filières soient légales, sécurisées et respectueuses de la dignité des personnes. Enfin, ce texte facilite et organise le retour dans le pays d’origine, sur le principe de la volonté.

Rien de tout ce qui a pu être dit au sujet de ce texte, par Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan ou des gilets jaunes mal informés ou mal intentionnés, n’est vrai. De très nombreuses fake-news ont circulé sur les réseaux sociaux pour déstabiliser le président de la République et le Gouvernement.

Ce texte, très consensuel, établit des dispositifs efficaces et respectueux, tant du point de vue des migrants que des populations des pays d’accueil. La France a raison de s’associer à ce pacte qui avait été précédemment approuvé en juillet 2018 par l’ensemble des membres de l’ONU, à l’exception des Etats-Unis, et qui – une fois encore – ne sera pas contraignant pour les Etats et ne sera pas un préalable à l’afflux massif de réfugiés et à la perte de souveraineté.

Rémi Chauvet Référent LaREM Paris 10


Pour aller plus loin, retrouvez plus d'informations sur la page de France Diplomatie