Lorsque j’ai entendu dire qu’Emmanuel Macron, que je soutiens depuis de nombreux mois, avait parlé de “l’humiliation” subie par les opposants au Mariage pour tous, j’ai cru à une erreur, un mot prononcé trop vite. Je l’avoue, j’ai été surpris, un peu attristé. Après tout, n’est-ce pas nous, les Français dans leur diversité, qui avons été humiliés ? Humiliés par ces milliers de personnes qui ont défilé dans les rues, certains en proférant des insultes insupportables, pour nous empêcher d’avoir les mêmes droits qu’eux : nous marier, construire des familles, des familles reconnues et protégées par l’État.

J’ai eu envie de réagir, vite. Mais l’impulsion ne permet jamais de créer du positif, alors j’ai attendu un peu, essayant de ne pas trop être réceptif aux propos tenus dans les médias et les réseaux sociaux, si prompts à s’emparer des mots pour en faire une polémique où chacun aime à argumenter et crier son émoi. Je me suis contenté de garder en mémoire ces mots, prononcés par Emmanuel Macron le 6 février dernier lors d’un meeting parisien :

« Sur le plan social, le projet de François Fillon revient sur des conquêtes. La société française n’a pas un modèle unique de famille. Nous, nous aimons la famille mais ces familles sont multiples, il faut les défendre. Il faut parler des familles françaises. Mais parlez-en avec le visage des familles, telles qu’elles existent aujourd’hui. Qui sont des visages d’amour, et pas, là aussi, de repli sur soi, de rejet de l’autre. » | Emmanuel Macron, le 6 février 2017

La nuit portant conseil, la réponse m’est apparue, claire, limpide, comme une évidence que je n’avais pas pu voir avant. **Rechercher à apaiser les Français, notre société, ce n’est pas remettre en cause ses valeurs. C’est ce que fait Emmanuel Macron depuis le début de sa campagne : écouter, s’adresser à tous, apaiser en se montrant ferme sur les principes et valeurs qui sont à l’origine du mouvement En Marche ! **C’est notamment cela qui fait sa force. Bien sûr, c’est aussi cela qui m’a donné l’envie de m’engager à ses côtés. La France, les Françaises et les Français, notre société, sont depuis bien trop longtemps opposés, divisés par nos dirigeants successifs. “Diviser pour mieux régner”, sans doute. Emmanuel Macron fait le pari inverse, s’adresser à tous, un exercice beaucoup plus complexe que de diviser, faire de la bienveillance une valeur de notre Mouvement, de notre campagne et de notre projet pour la France, rassembler les Françaises et les Français pour leur redonner optimisme et la volonté de construire, ensemble, un avenir meilleur.

Il n’en reste pas moins que le mot “humiliation” est mal choisi. On ne transige pas avec les mots. Ce mot reflète peut-être une maladresse ou une incompréhension de ce qui a été ressenti durant cet épisode par les Françaises et les Français, peu importent leurs orientations sexuelles, peu importe ce pour quoi ils sont descendus dans la rue. Mais ce que nous devons retenir c’est que nous sommes tous, ensemble, français. Français et européens, bien sûr. Nous sommes un peuple et nous pouvons débattre, si nous nous rassemblons ensuite.

Je suis homosexuel et je suis, plus qu’hier encore, En Marche ! car j’ai confiance en Emmanuel Macron : il est le candidat progressiste. Je suis sûr qu’il le démontrera, également sur les sujets de société, en portant une vision moderne, emplie de libertés individuelles et en sachant rassembler. Il a déjà commencé depuis cet épisode, notamment en confirmant qu’il protégerait et défendrait le Mariage pour tous, en affirmant être favorable à deux grandes avancées : l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes et la reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger. Rappelons que, sans complexe, certains candidats à droite ont eux longtemps hésité à proposer d’abroger la loi pour le Mariage pour tous, sans oublier ceux qui souhaitent abroger l’IVG ou remettent en cause le planning familial…

Le débat sur la PMA et la GPA va se poursuivre. À titre personnel, je suis partagé. La PMA permettra aux couples hétérosexuels et aux couples de femmes de concevoir un enfant. La GPA offrirait aussi cette possibilité aux couples d’hommes. C’est une question qui mérite réflexion. Par contre, je crois fermement en la loi et dans le cadre qu’elle permet de poser, notamment sur ces sujets de société, pour lesquels il me semble sage d’encadrer les pratiques qui existent déjà par ailleurs, souvent clandestinement ou à l’étranger. Nous allons débattre, avec les adhérents d’En Marche ! et avec toutes les Françaises et tous les Français qui souhaiteront se joindre à nous. Débattre, pour nous rassembler, c’est ce qui doit faire la force de notre démocratie.

« Je suis pour la loi Mariage pour tous mais je veux dialoguer avec les gens qui ne partagent pas mon avis. » | Emmanuel Macron, le 16 février 2017

Dialoguer, sans doute ce que nous n’avons pas assez fait ces dernières années, trop occupés à nous laisser diviser. Alors, En Marche ! avec Emmanuel Macron et toutes les familles, vers une société apaisée et optimiste ! 1*7eq3waW11JDCsOKMGesjCQ.jpegCausette, jeudi 16 février 2017