A l’occasion de sa visite d’Etat au Vatican, le président de la République l’a réaffirmé en évoquant le mariage pour les couples de même sexe : l’orientation sexuelle, "cela n’est pas un choix, un luxe ou une facétie". Cela ne se discute pas. Pas plus que la couleur de la peau, la couleur des cheveux ou la couleur des yeux. C’est là. Un point c’est tout.

En rappelant cette évidence, Emmanuel Macron adresse deux messages. Le premier, certes anecdotique mais tout de même symbolique, à ses prédécesseurs qui, maladroits ou encombrés de leur ignorance en la matière, parlaient de choix ou, pire, de mode. Faisant cela, il reconnaît à chacun de nos concitoyens le droit d’avoir, légitimement, publiquement, officiellement, un projet de vie qui diffère de celui de son voisin. Encore une fois, cela ne se discute pas. Emmanuel Macron est un homme jeune, moderne. Il nous le rappelle à cette occasion.

Le second message est adressé aux catholiques puisqu’il s’exprime dans la cadre d’une visite d’Etat au Vatican, mais aussi - et peut-être surtout - à l’ensemble de nos concitoyens. Notre société évolue, notre société s’ouvre à toutes les diversités qui en font sa richesse. Nul n’a le droit de juger - et à fortiori de condamner - son prochain au motif que sa vie est différente ; ses engagements, ses amours, ses croyances, ses raisons sont différents. Oui, il faut entendre les transformations de notre société et non pas les accepter - il n’y a pas à "accepter" la vie de son prochain - mais les intégrer, les organiser, les officialiser.

En évoquant également l’avortement et la procréation médicalement assistée lors de son entretien avec le pape François, Emmanuel Macron réaffirme aussi son engagement, pris durant la dernière campagne présidentielle, d'ouvrir la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes. Dans une société démocratique, moderne, libre, bienveillante, un droit supplémentaire enrichit l’ensemble de la communauté nationale.

Ce samedi 30 juin, la Marche des Fiertés s’élancera, dans les couleurs et les lumières, sur les pavés de Paris, forte de ses revendications. C’est une chance. Une chance pour chacun de dire qui il est. Une chance pour chacun, aussi, de s’interroger sur sa propre capacité à s’ouvrir aux autres. Malheureusement, les inscriptions homophobes qui, à quelques jours de cette Marche, ont recouvert les passages piétons du quartier du Marais, ornés pour l’occasion des couleurs de l’arc-en-ciel par la Ville de Paris, rappellent aux Françaises et aux Français, et surtout aux pouvoirs publics, que la lutte contre toutes les formes de discriminations ne doit pas marquer de pause. La haine et la bêtise n'attendent même plus que la garde se relâche pour se manifester. A cet égard, la décision de la Maire de Paris de renforcer l’identité friendly du Marais par la présence permanente des couleurs de l’arc-en-ciel dans le paysage urbain se doit d’être saluée.

Ce samedi 30 juin, à Paris, l’Assemblée nationale sera pavoisée des couleurs de l’arc-en-ciel et plusieurs membres du gouvernement et de la représentation nationale marcheront pour rappeler les valeurs qui sont les nôtres : liberté, égalité, fraternité. A ceux qui ne pensaient pas que cela soit possible un jour, à ceux qui doutent encore : nous faisons !

54b6dfa7-5d5a-4383-a667-89445c90823c.jpg

Rémi Chauvet, référent LaREM Paris 10