Ce lundi 28 janvier 2019, une campagne de lutte contre l’homophobie et la transphobie a été lancée dans les établissements scolaires du second degré, collèges et lycées, par le ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse, Jean-Michel Blanquer.

C’est une urgence, en effet, tant les chiffres sont éloquents et les conséquences de ces actes, dramatiques pour les enfants. Voyons plutôt :

  • Selon SOS Homophobie, les violences de nature homophobe et transphobe ont explosé dans la société française : + 5% dans l’ensemble de la société, mais +38% à l’école ;
  • Selon l’institut de sondage Ifop, 18% des lycéens ou des étudiants qui se reconnaissent comme LGBT déclarent avoir été insultés au cours de ces 12 derniers mois ; pour 72% des mineurs scolarisés qui se reconnaissent comme LGBT, l’expérience scolaire est perçue comme « mauvaise » voire « très mauvaise ».

Ces violences ont des conséquences désastreuses : décrochage, repli sur soi, échec scolaire, et pouvant aller jusqu’à des comportements suicidaires ; en effet, les jeunes se reconnaissant comme LGBT ont quatre fois plus de risque de faire une tentative de suicide que les autres jeunes, et le suicide est la 2e cause de mortalité chez les 15-24 ans. La raison principale est l’image dégradée que le jeune a de lui-même, du fait des insultes et de la discrimination, voire de l’exclusion du groupe dont il est alors la victime.

Pour Jean-Michel Blanquer, « lutter contre l’homophobie et la transphobie, c’est lutter pour les valeurs de la République ». Il est important pour le Gouvernement de lutter contre la tendance à banaliser le discours homophobe et transphobe, dans l’ensemble de la société, y compris sur les réseaux sociaux et, bien sûr, dans les cours de récréation où « PD » demeure la principale invective. Marlène Schiappa a par ailleurs rappelé à cette occasion que « l’homophobie n’est jamais une opinion ».

Le 17 mai, Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, doit devenir, selon le ministère de l’Education, « un moment fort de solidarité avec les jeunes LGBT » au sein des établissements scolaires.

Un kit est donc mis à disposition aujourd’hui dans les établissements scolaires du second degré, comportant :

Pour Jean-Michel Blanquer et l’ensemble du Gouvernement, l’apprentissage du respect et de l’écoute ainsi que la compréhension des différences devront être inclus de façon constante dans les fondamentaux à acquérir à l’école, au même titre que lire, écrire et compter.

Le président de SOS Homophobie s’est par ailleurs félicité que, pour la première fois, le terme de "transphobie" apparaisse dans une campagne d’information à l’école, saluant "une campagne de sensibilisation attendue qui vient compléter le travail de prévention en milieu scolaire des associations".

Rémi Chauvet, référent LaREMParis10


Pour aller plus loin, consultez la page dédiée sur le site du ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse.