Chères Parisiennes, chers Parisiens du 10e arrondissement,

Dimanche dernier, notre démocratie a été humiliée. Les électeurs ne se sont pas déplacés pour s’exprimer dans les urnes et choisir celles et ceux qui, demain, devront gérer notre région, améliorer et sécuriser nos transports en commun qui en ont tant besoin, réparer et entretenir nos lycées, faire de la région Île-de-France un modèle de la transition écologique efficace et réussie. Dans le 10e arrondissement, 65% des électeurs ne se sont pas déplacés ; ce chiffre est un échec pour tous les mouvements politiques de notre arrondissement.

Malgré cela, certains n’ont pas perdu de temps pour faire leur tambouille politicienne. Il n’y a pas que la sortie progressive de la crise sanitaire qui fait tomber les masques ; il y a aussi les alliances opportunistes pour sauver quelques postes, placer les copains et continuer à vivre d’argent public. Désormais, voter socialiste, en votant pour la candidate soutenue par la maire de Paris, c’est voter pour l’extrême-gauche LFI ; cette extrême-gauche qui, avec Clémentine Autain, s’amuse à lapider une figure d’Emmanuel Macron, prend de grandes libertés avec la laïcité et la République, prône le communautarisme et le racialisme indigéniste, et parle de "confiscation" et de "collectivisme d’Etat". Désormais, voter socialiste, en votant pour la candidate soutenue par la maire de Paris, c’est voter pour l’extrémisme EELV ; ce parti qui, une fois aux responsabilités, oublie de faire de l’écologie concrète et bienveillante, pour interdire, contraindre, bafouer la République : interdire à nos enfants de rêver d’avion, les empêcher de manger de la viande à la cantine quand on sait que c’est parfois, pour ceux issus des familles les plus modestes, leur seul apport de protéine animale, contraindre les épreuves sportives à aller voir ailleurs, interdire les sapins de Noël, voter des subventions à des associations cultuelles aux projets controversés… L’écologie ne peut pas être une punition. Elle ne peut pas se faire à marche forcée, contre l’intérêt des populations, par dogmatisme. Il ne suffit pas d’écrire "écolo" sur un bulletin de vote imprimé en vert pour être capable de faire face aux défis écologiques de ce 21e siècle.

Julien Bayou a donc été désigné à la tête d’une liste improbable qui va du rose pâle au rouge vif. Quel est le bilan écologique d'EELV, pourtant au gouvernement de 2012 à 2017 ? Quel est le bilan pour l’environnement de Julien Bayou, pourtant élu à la région Île-de-France depuis 11 ans ? Personne ne le sait, personne ne saurait le défendre, et c’est là tout le problème… Où sont les forêts urbaines promises par Anne Hidalgo lors des dernières élections municipales à Paris ? Où sont les rues-jardins qui devaient fleurir partout ? Où sont tous ces arbres qui devaient être plantés "à la naissance de chaque petit Parisien" ? Quand respirera-t-on enfin mieux à Paris ? Oui, décidément, ce n'est pas parce qu'un bulletin de vote a été imprimé en vert et qu'il est écrit "écologie" dessus, qu'il est bon pour l'environnement.

Habitantes et habitants du 10e arrondissement, vous qui croyez aux valeurs de notre République, une et indivisible, vous qui ne supportez pas que nos institutions et nos représentants, à commencer par le président de la République, ne soient pas respectés, vous qui pensez que la laïcité est non négociable, que l’égalité des chances et la lutte contre les inégalités territoriales doivent être une priorité pour permettre à chacun de s’émanciper dans une société solidaire et apaisée, vous qui êtes convaincus que la transition écologique doit être concrète, pragmatique, efficace et doit laisser de côté l’idéologie abstraite et brutale de ceux qui détestent le monde dans lequel nous vivons, vous qui pensez que l’égalité des droits entre toutes et tous doit guider l’action des politiques, ce dimanche, allez voter pour la liste de la majorité présidentielle conduite par Laurent Saint-Martin et, à Paris, par Marlène Schiappa.

Allez voter pour faire vivre notre démocratie. Allez voter pour toutes celles et tous ceux qui se sont battus il n’y a pas si longtemps pour que nous puissions obtenir et conserver ce droit. Allez voter pour ne pas laisser les autres décider à votre place. Allez voter pour permettre aux élus progressistes de la majorité présidentielle de faire entendre votre voix, de défendre nos intérêts et de veiller à l’avenir de notre région Île-de-France.

Ce dimanche 27 juin, j’irai à nouveau voter pour Laurent Saint-Martin et Marlène Schiappa. Ce dimanche 27 juin, allons voter et faisons voter !

Résolument,

Rémi Chauvet, Déborah Pawlik, Elise Fajgeles, Ferdous Aamd, Sophie Barets, Philippe Basler, Virginie Baudin, Fanta Berete, Alain Billault, Cyrille Boulanger, Mathias Brugère, Mathieu Dorian, Wladimir Gauthier, Georgette Gogoua-Besse, Vincent Marqueton, Josselin Panchout, Charlotte Perrier, Ramona Radu, Jennifer Rousselle, Jean-Noël Troubat, Axel Villechaize