Le mercredi 12 juin dernier, le Premier ministre Édouard Philippe a fait, à l’Assemblée nationale, sa deuxième déclaration de politique générale devant les députés. Il a obtenu la confiance de 363 députés. Une minorité – 163 – a voté contre cette déclaration qui fixait le point de départ de l’Acte II du quinquennat d’Emmanuel Macron, après le Grand Débat national qui a recueilli les attentes et les doléances de millions de Français.

L’acte II du quinquennat, c’est l’ambition écologique, c’est la quête de justice sociale, c’est la valeur travail, c’est le changement de méthode pour davantage associer les Français, les élus et les corps intermédiaires. C’est le dépassement des postures et des vieux clivages.

L’ambition écologique du Gouvernement, qui sera renforcée par cet Acte II, suivra deux axes.

"Les 12 prochains mois seront ceux de l’accélération écologique." Édouard Philippe.

Le premier, c’est le verdissement de notre production d’énergie et la maîtrise de nos dépenses énergétiques. Ainsi, la centrale de Fessenheim sera fermée avant la fin de 2020, les centrales à charbon disparaîtront d’ici 2022 ; pour cela, l’éolien – et notamment l’éolien marin – connaîtra un développement massif. La loi d’orientation des mobilités, la loi énergie-climat et la remise à plat des aides existantes conduiront à une modification profonde de nos habitudes et de nos modes de consommation et de production énergétiques.

Le second, c’est la lutte contre le gaspillage dans laquelle l’administration française devra se montrer exemplaire. Le Gouvernement s’engage par ailleurs à traduire les propositions de la convention citoyenne – annoncée par le président de la République le 7 mai dernier lors de la remise du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – en projets de loi et le Conseil de défense écologique s’assurera de la mobilisation de l’ensemble de l’appareil d’Etat au profit de la lutte pour l’environnement.

"Plus personne n’a aujourd’hui, le monopole du vert, et c’est aussi cela, le dépassement des anciens clivages." Édouard Philippe

L’Acte II, c’est aussi une véritable justice sociale, à l’opposé des postures politiciennes.

La taxe d’habitation sera intégralement supprimée comme s’y était engagé le président de la République et une baisse historique de l’impôt sur le revenu – qui profitera essentiellement aux classes moyennes – sera mise en œuvre. La dépense publique restera maîtrisée afin de ne pas creuser le déficit. "Le taux d’imposition de la première tranche de l’impôt sur le revenu, qui regroupe 12 millions de foyers, sera abaissé de trois points. Cela représente un gain moyen par foyer de 350 €, soit, à ce niveau, un tiers de l’impôt en moyenne; c’est massif, c’est clair, c’est net." Édouard Philippe

La réforme de l’assurance-chômage sera menée à son terme et permettra de rendre le travail plus attractif que l’inactivité dans toutes les hypothèses, de renforcer l’accompagnement des demandeurs d’emploi et de donner l’accès à une indemnisation aux salariés démissionnaires et aux indépendants. "Nous présenterons la réforme de l’assurance chômage le 18 juin prochain avec plusieurs objectifs : mettre fin au recours abusif aux contrats courts, faire en sorte que le travail paye toujours plus que l’inactivité, introduire une dégressivité de l'indemnisation pour les salariés qui perçoivent les salaires les plus élevés et qui sont en mesure de retrouver un emploi plus vite que les autres, renforcer l’accompagnement des demandeurs d’emplois." Édouard Philippe.

L’école sera obligatoire dès 3 ans, la réduction du nombre d’enfants dans la grande section de maternelle sera poursuivie dans les zones les moins favorisées et le nombre d’élèves par classe de CP et de CE1 sera limité à 24.

Les personnes seules seront garanties contre le risque d’impayé des pensions alimentaires, une réponse adaptée sera apportée à la crise des urgences et de l’accès aux soins qui existe depuis de trop nombreuses années et la réforme de la dépendance et la réforme des retraites – aucune personne ayant travaillé toute sa vie ne pourra toucher moins de 85% du Smic, la possibilité d’un départ à 62 ans sera maintenue, mais une incitation à travailler plus longtemps sera définie – seront mises en œuvre. "Nous maintiendrons la possibilité d’un départ à 62 ans mais nous définirons un âge d’équilibre et des incitations à travailler plus longtemps. Ainsi, chacun pourra faire son choix, en liberté et en responsabilité." Édouard Philippe.

La procréation médicale assistée, comme le président Macron s’y est engagé, sera autorisée pour les couples de femmes ainsi qu’aux femmes célibataires afin de mettre fin à une véritable discrimination et d’ouvrir un nouveau droit, qui existe déjà chez plusieurs de nos partenaires, notamment européens, tout en garantissant un cadre protecteur aux enfants à naître. "Le projet de loi bioéthique, qui comprend l'extension de la PMA à toutes les femmes, sera examiné dès la fin septembre à l’Assemblée nationale. Je souhaite une forme de débat serein, profond, sérieux, à la hauteur des exigences de notre pays." Édouard Philippe.

L’Acte II, c’est aussi la garantie de notre pacte républicain, avec une plus grande maîtrise des flux migratoires au niveau national et européen, la garantie pour tous de l’ordre républicain, où qu’il se trouve sur le territoire, face à la délinquance comme face à la menace terroriste, ainsi que le renforcement de la lutte contre l’intégrisme religieux et de la laïcité.

L’Acte II, c’est enfin la réforme de l’Etat pour mieux associer nos concitoyens à la vie démocratique de notre pays, avec la création, dès 2020, de 300 maisons France Services et une réforme du statut des élus. La révision de nos institutions, entamée le 10 juillet 2018 puis suspendue, est reportée.

Les Français, qui constatent déjà les effets favorables de la politique mise en œuvre dès l’élection du président de la République, notamment en matière de pouvoir d’achat des ménages, de baisse du chômage, de création d’emplois – et singulièrement d’emplois industriels –, de hausse spectaculaire des investissements – et particulièrement des investissements étrangers – et d’amélioration record de l’attractivité de la France, verront dans ces mesures, fortes, les réponses aux difficultés que beaucoup d’entre eux rencontrent dans leur quotidien et qui n’ont jamais été prises en compte par les gouvernements successifs. "Le chômage est au plus bas depuis 10 ans. L’investissement est au plus haut depuis 12 ans. Cela nous donne des motifs d’espoir et une légitimité pour continuer le travail." Édouard Philippe.

Rémi Chauvet, référent LaREM Paris 10


Consultez dans son intégralité de la déclaration de politique générale d'Edouard Philippe.