Paris, ville solidaire contre les solitudes « Paris souffre aujourd’hui d’un mal paradoxal : ville-monde de 2 millions d’habitants, elle est aussi la ville des solitudes : solitude des personnes âgées, solitude des familles monoparentales, solitude des personnes en situation de handicap. Pour la première fois de son histoire, Paris est confrontée à un défi unique : la cohabitation de quatre générations. Cela change en profondeur notre façon d’envisager les solidarités ; l’organisation de nos services de soins ; la conception de notre économie et de notre marché du logement. Maire de Paris, je veux apaiser ce changement et en faire une chance pour les Parisiens. » Précarité, isolement : tous concernés, tous engagés Des personnes âgées très isolées À Paris, 470 000 habitants ont plus de 60 ans : beaucoup sont de jeunes retraités qui témoignent d’une réelle envie d’engagement. D’autres sont confrontés à des situations plus difficiles. La problématique de la solitude reste largement tabou. Il touche pourtant beaucoup de Parisiens, tout particulièrement les femmes de plus de 60 ans, dont la moitié vivent seules : notre devoir est de ne pas les laisser de côté.

Des familles monoparentales menacées par la précarité Cette solitude qui touche nos aînés affecte aussi les familles monoparentales : elles sont 80 000 à Paris, majoritairement des femmes. Ce sont les familles « deux fois » : deux fois plus pauvres, deux fois plus touchées par le chômage, mais qui disposent aussi de deux fois moins de temps pour souffler, respirer. Au centre d’information sur les droits des femmes et des familles, dans le 10e arrondissement de Paris, elles nous ont fait part, avec Marlène Schiappa, de ces difficultés. Leurs témoignages ont confirmé les résultats de la consultation « Paris & Moi » : pouvoir d’achat plus faible, taux de chômage autour de 15 % pour les mères qui élèvent seules leurs enfants, risques accrus d’isolement et d’épuisement. Nous ne pouvons tolérer le développement de ces inégalités."

Benjamin GRIVEAUX