La parole peut tout. La parole peut blesser et détruire. La parole peut instruire et élever. La parole peut faire renaitre. Elle peut nous amener vers le néant ou vers la lumière. C’est le propre de l’Homme que de posséder cet outil magique d’une puissance inestimable. C’est grâce au langage, à la parole et à la capacité d’imagination que les êtres humains, à la différence des animaux, peuvent coopérer à grande échelle avec succès, et notamment grâce aux récits partagés. A la différence des animaux, nous sommes aussi capables d’adapter rapidement nos comportements sociaux face aux défis toujours renouvelés.
Si nous aspirons à une Europe forte et unie, il va falloir tenir compte de l’importance de la parole, qui s’accroit avec l’échelle de la coopération recherchée. Coopérer effectivement à l’échelle de 28 pays, à 513 millions d’êtres humains ? Songez à l’importance de la parole ! Et je ne parle pas seulement de la « communication institutionnelle », des sites et des textes officiels qui nous expliquent l’Europe, même si je suis d’accord avec le sociologue Dominique Wolton qui dit que « la communication constitue, après l'économie et la politique, le troisième volet de la construction européenne ». Je parle de la nécessité de créer des espaces et des temps de parole européens à tous les niveaux, et surtout un espace de parole européen au niveau supranational, au niveau européen justement. Nous devons innover dans ce sens et même prendre le leadership, car « la parole » est bel et bien « le bijou des Français », son trésor historique.
Qui parle aujourd’hui pour l’Europe ? Qui parle au niveau de l’Europe ? Qui parle à tous les Européens ? Y a-t-il un espace de parole européen ? Combien de personnalités politiques, de journalistes, d’autres personnes illustres connaissez-vous, en France et en Europe, qui s’adressent à vous en tant qu’Européen, qui vous racontent l’Europe, qui vous rapprochent de l’Europe et qui vous inspirent ? Y a-t-il un média qui serait la voix de l’Europe pour tous les Européens ? Or, aujourd’hui, on a besoin de reprendre en main notre destin d’Européens, car notre maison et notre avenir c’est bien l’Europe.
Je tiens à saluer la tribune d’Emmanuel Macron « Pour une renaissance européenne », adressée à tous les Européens et publiée dans 28 pays de l’Europe le 5 mars dernier, car c’est le premier pas dans le sens de la véritable « parole européenne ». Alors que faire ? Les sites institutionnels, les rares mentions à l’Europe dans les discours des politiques nationaux, souvent négatives et instrumentalisées, la retransmission des débats du Parlement européen, ce ne sont que des « comptes rendus » techniques, inaudibles ou encore déformés. Il faut raconter l’Europe. La raconter tous les jours, dans tous les pays, à travers les histoires de la vie quotidienne, à travers les histoires du passé, à travers les défis qui sont les nôtres, à travers les projets d’avenir. Il faut raconter l’Europe aux petits et aux grands.
Il nous faut des députés européens d’envergure européenne, audibles, visibles, connus et reconnus dans toute l’Europe, qui parlent à tous les Européens. Il nous faut des députés européens convaincus, au contact avec les populations, y compris conjointement avec les députés d’autres pays, devant les Parlements nationaux, devant leurs électeurs, ayant des permanences tournantes dans les territoires… Il faut stimuler la curiosité et l’apprentissage des langues voisines. Il nous faut des journalistes visionnaires et des médias socialement responsables. Il nous faut des chefs d’entreprises européens engagés. Rien en Europe ne se fera sans l'adhésion des Européens. La « Renaissance européenne » se fera par la parole fédératrice européenne et vivante. Ecartons enfin tous ceux qui avancent avec le masque de l’Europe pour servir leurs intérêts personnels nationalistes et redonnons la parole aux Européens convaincus ! 26 mai 2019 – Pour une Europe qui nous inspire !

Svetlana Danileiko-Guiraudios - Coordinatrice Europe LaREM Paris 7