Rappelez-vous la force de la foi et de l’imagination, le pouvoir des croyances, le phénomène des « prophéties autoréalisatrices » ? Souvenez-vous des grands visionnaires qui, par leur hauteur de vue et par leur force de conviction, ont pu orienter le cours de l’histoire et amener les communautés humaines vers la paix, la prospérité, l’élévation du niveau d’éducation, de culture et de conscience ?
Jean Monnet, un français visionnaire, en est un. Plus de 50 ans de paix continue dans l’Europe déchirée par des guerres fratricides depuis des siècles. Cette « Union européenne » qui reste une réussite en relations internationales, inégalée depuis 1945, et un espoir pour les populations du monde entier. Un exemple du « vivre-ensemble » sans guerre, du respect de la dignité humaine, des libertés fondamentales et de la solidarité.
50 ans de paix, cela paraît long, mais ce n’est rien du point de vue de l’Histoire. Tout peut revenir comme avant. Les valeurs, les alliances, les croyances sont éphémères. Elles ont souvent été impulsées par les élites. Avec une chance inégale pour les hommes.
Tout n’est pas parfait dans l’Europe, tout est perfectible, mais si nous détruisons notre Europe aux élections européennes de 2019, en envoyant au Parlement « les casseurs de l’Europe », comment verrons-nous l’avenir ?!
On constate l’ascension au pouvoir et la focalisation des médias autour de personnes sans vision ni morale, qui se servent de la politique à des fins personnelles et propagent des croyances fausses et dangereuses.
Certes, l’extrémisme et le radicalisme sont les fruits de l’ignorance, d’un faible niveau d’éducation, de culture, mais aussi d’expériences douloureuses personnelles toujours vives. Nous pouvons et nous devons enrayer la montée des extrémistes et des populistes par ces canaux-là, mais nous devons aussi savoir choisir nos élites.
Nous tous pouvons être visionnaires. Chacun a la capacité de modeler le cours de l’histoire. Nous pouvons tous collectivement, dans les démocraties modernes, imaginer un idéal de l’Europe et y tendre !
Quelle est votre vision d’une Europe heureuse de 2050 ? Entre les « europhiles » convaincus, les « euro-fossoyeurs » radicaux, j’ai apprécié le commentaire d’un « euro-tiède » : « Oui, je suis plutôt pour l’Europe, mais franchement, rappelez-nous les acquis, on ne s’en souvient plus trop bien, et laissez-nous entrevoir le visage d’une Europe radieuse. Donnez-nous une vision ! C’est tout ce qu’on vous demande ! ».
A la place des RIC à courte vue, dont les limites sont évidentes, je proposerai le processus de Vision pour l’Europe : « Vision Europe 2050 ». Méthode d’intelligence collective, positive et très forte, processus de transformation stratégique, que j’ai pu tester dans une grande entreprise française connue à l’international. Cette méthode participe grandement à sa réussite globale économique et humaine.
Il semble que les gouvernements des différents pays européens n’aient pas la même vision de l’Europe, d’où les freins et les difficultés : l’Europe des consommateurs ou l’Europe des citoyens ? L’Europe économique ou l’Europe politique ? Ne faudrait-il pas leur proposer de lancer le processus « Vision Europe 2050 » de la même manière ? Car, on peut tourner le problème dans tous les sens, les Européens resteront Européens. Ils ne seront ni Chinois, ni Américains, ni Russes, ni Indiens, ni Orientaux. Et ils auront toujours une Europe, un territoire, une civilisation, une histoire, des enfants en commun… et un avenir à imaginer ensemble ! 26 mai 2019 – I want my Europe back!

Svetlana Danileiko-Guiraudio - Coordinatrice Europe LaREM Paris 7