Dans le cadre de la consultation citoyenne sur les retraites, deux de nos députés (Brigitte Liso et Laurent Pietrazewski) ont eu la bonne idée de proposer un atelier, qui a pu réunir une quarantaine de personnes, malgré une programmation en pleine vacances scolaires, la veille de la fête de la Toussaint.

Au programme, pas d’exposé magistral sur le système actuel des retraites, ni de discours péremptoire pour défendre le projet de réforme, mais la volonté de susciter réflexions et échanges sur ce sujet sensible. Les participants se sont montrés unanimes pour souligner les travers du système actuel, inadapté à notre siècle, que ce soit en raison de notre démographie ou des nouveaux parcours professionnels. On a appris incidemment de nos députés que ce système favorisait les Laurent (des hommes ayant eu une trajectoire de carrière en constante progression, au sein de la même entreprise), mais défavorisait les Brigitte (des femmes ayant interrompu leur carrière pour des projets entrepreneuriaux). Consensus également sur le sentiment d’injustice généré par les « régimes spéciaux », dont certains sont financés par les impôts, et sur le manque de confiance que les jeunes, en particulier, ont envers le système actuel, en particulier parce qu’il est régulièrement « réajusté ».

Les travaux en petits groupes sur quelques grands principes proposés dans la réforme n’ont par contre pas dégagé d’unanimité sur les propositions. Parmi les débats : la prise en compte de la pénibilité, le maintien d’une durée minimum de cotisation plutôt qu’un âge minimum de départ, les limites de la solidarité interprofessionnelle (pourquoi autoriser les militaires à partir plus tôt, et pas les ouvriers du BTP ?), l’assiette des cotisations retraites (pourquoi ne pas taxer les robots ?), les inquiétudes sur la future valeur du point, …

Une espérance commune, néanmoins : que ce nouveau système puisse être inscrit dans la durée, pour au moins une génération. C’est une des conditions qui permettront le retour de la confiance.Pour ceux qui souhaitent apporter leur contribution à cette consultation citoyenne, il est encore possible de le faire, jusqu’à la fin de l’année, sur le site : https://participez.reforme-retraite.gouv.fr