Ce mois ci, Violette et son équipe ont présenté à la presse les 61 colistiers. Cette liste est le plus large rassemblement à Lille : parmi les 61 colistiers, 6 mouvements représentés (23 adhérents LaREM) et 20 personnes sans étiquette politique et personnalités de la ville. C'est aussi une liste de renouvellement. C’est la première candidature à une élection pour 44 personnes sur les 61. Et seulement 8 de nos colistiers se sont déjà présentés à Lille. “L’Appel aux Lillois” qui avait pour but de dépasser les freins à l’engagement a fonctionné au-delà de nos espérances. Il a permis l'émergeance de 20 colistiers (sur 55 candidatures) dont 13 femmes. Plusieurs colistiers apportent l'indispensable expérience (4 conseillers municipaux, 2 élus à la région, la député B. Liso par exemple) Le numéro 2 de la liste, Ali Douffi, est un commerçant, sans étiquette. Il s’engage pour l’inclusion démocratique dans une ville qui vote peu et où le "muselage démocratique" est trop important. Un signal fort à ceux qui se sentent trahis et abandonnés par la maire sortante. Sur les 61 collistiers, 57 habitent Lille, et 4 de la métropole lilloise, qui travaillent à Lille. La moyenne d’âge est de 46 ans (de 19 à 74 ans).

Malgré cette jolie liste, les réunions publiques ont été perturbées. Il est important que les Lillois et Lilloises puissent rencontrer leur candidate en toute sécurité. Nous étions nombreux ce 12 février pour la 2ème grande réunion publique sur l’emploi & l’attractivité. Celle-ci fut un temps perturbée par 70 manifestants. La réunion a pu se tenir grâce à la réactivité de tout le collectif. Etaient notamment présents Laurent Rigaud, Président de l’Union des entreprises de proximité (l’U2P), le Président de la Chambre régionale du commerce et de l’industrie Philippe Hourdain, le Haut-Commissaire à l’ESS Christophe Itier et plusieurs députés dont Roland Lescure. Le 13 février, notre équipe a été empêchée de rencontrer une association. Ce 17 février, le “Lundi de Violette" dans un café a été stoppé face aux chants menaçants et aux insultes. L’ensemble de ces faits est largement filmé, “valorisé” et relayé sur des réseaux tels que Lille Insurgée qui liste et appelle à entraver l’ensemble de nos prochains rendez-vous. Cette façon de faire de la part des opposants est un signe d'entrave à la démocratie que nous condamnons fortement. Pour cela, le collectif "Faire respirer Lille" a décidé de porter plainte.

Une campagne municipale se gagne voix après voix. Pour cela, les réunions d’appartement s'enchaînent presque chaque soir. La grande marche boitage & porte-à-porte programme se poursuit et reçoit un accueil très favorable.

Le 25 février, le débat télévisé retransmis sur WEO, organisé par les étudiants de Sciences Po, a permis la rencontre de plusieurs têtes de listes et un vrai débat démocratique à Lille.

Vous pouvez retrouver l'ensemble des informations de la campagne de Violette sur la page facebook de Faire Respirer Lille?, sur Twitter? et sur Instagram?