Municipales : un petit tour et puis s’en va ?

Dans le cadre de la Loi d’Urgence, députés et sénateurs ont fini par se mettre d’accord pour fixer le second tour des municipales “au plus tard en juin" et pour repousser la date limite de dépôt des listes, éventuellement fusionnées, au 2 juin. Les résultats du 1er tour sont donc validés, ce qui permettra aux électeurs d'environ 30.000 communes de ne pas avoir à retourner aux urnes. Outre le très fort taux d’abstention, que retenir de ce premier tour ? En général, une prime aux sortants (sauf dans certaines villes, comme Lille) et une forte poussée écologiste, dans la lignée des européennes. Les enjeux “locaux” ont pris le pas sur les enjeux nationaux, avec des listes peu marquées politiquement. Le premier parti des municipales, ça a été les “nuances non communiquées” avec près de 26% des suffrages, suivi des multiples “divers” : divers droite 17%, divers gauche 15%, divers centre 8%, etc … Le premier parti (LR) n’a pas réussi à atteindre 5% des voix avec des listes homogènes. On aura donc du mal à en tirer des analyses partisanes … et ce n’est pas plus mal. Attendons donc les sénatoriales, cet automne, pour voir si les forces politiques en présence ont un peu évolué.