Mais que fait la police ?

14% des résidents des Hauts-de-France se sentent en insécurité dans leur commune ou leur quartier. C’est 3 points de plus que la moyenne nationale, ce qui place la région en 2ème position, juste après l’Ile-de-France, et devant la région PACA. Ce sentiment d’insécurité est ressenti par 26% des résidents des QPV (Quartiers Prioritaires de la Ville) - source : enquête « Cadre de Vie et Sécurité 2019 ». La délinquance fait partie du « Top 5 » des problèmes considérés comme les plus importants de leur quartier ou leur village, au même titre que les dangers de la circulation, les transports inadaptés, la pollution et le bruit. Faut il renforcer les effectifs de police ? Les ratios du nombre de policiers municipaux par habitant sont très divers, dans le département : un pour 1450 à Roubaix, et un pour 1200 à Dunkerque, par exemple. Reste que l’efficacité de l’action de la police ou de la gendarmerie en matière de lutte contre la délinquance dans les quartiers est jugée peu, voire pas du tout efficace pour 21 % des français. Faut il compléter le dispositif avec des caméras de video-surveillance ? Les études sur le sujet sont contradictoires, mais il semblerait bien que si la téléprotection ne prémunit pas contre le terrorisme ou les actes violents spontanés (provoqués par l’abus d’alcool, par exemple), elle est efficace contre les actes prémédités (cambriolage, vol de voiture, …), mais a tendance à déplacer la délinquance dans les zones limitrophes non équipées de caméras. Donc, un sujet à traiter avec une approche « globale » aussi bien dans les dispositifs que dans les périmètres couverts.