Lors de la présentation de son budget 2020, la Région Hauts de France a annoncé vouloir planter 1 million d’arbres en 3 ans, en y consacrant 6 millions d’euros.

Annonce spectaculaire, sauf que 1 million d’arbres ne représenteront, une fois plantés, que 0,8% de la surface totale de la Région, qui est une de celles à afficher la plus faible part de territoires boisés : 13%, contre 30% pour la moyenne nationale. Et 6 millions d’euros, c’est moins de 0,2% du budget total de la Région.

La forêt contribue à la lutte contre le changement climatique. Réservoir de biodiversité, elle héberge de nombreuses espèces végétales et animales, dont certaines emblématiques dans notre région, comme le chat sauvage, les chauves-souris ou certains coléoptères remarquables. Elle joue un rôle d’amélioration de la qualité de l’air et de l’eau, de prévention de l’érosion des sols. Plus généralement, c’est un atout pour l’amélioration de la qualité de vie.

Enfin, la forêt peut être aussi une source de richesse économique et d’emplois. En 2017, 161 entreprises ayant leur siège dans la région Hauts-de-France avaient une activité d’exploitation forestière et/ou de scierie, moitié moins qu’il y a dix ans. Sur cette période, les volumes de bois d’œuvre récoltés dans la Région ont diminué d’un tiers et ceux de bois d’industrie des trois quarts. Alors, si on peut apprécier qu’enfin cette ressource soit prise en compte, les moyens qui lui sont alloués semblent dérisoires en regard des enjeux, et des moyens que la Région pourrait mobiliser.