Les Fake news sont aujourd’hui ce qu’on pourrait qualifier de « à la mode ». L’affluence des médias et des articles rédigés chaque jour favorise cette pratique. Il est ainsi important de rétablir la vérité en revenant sur certains évènements de ces derniers mois.

Tout d’abord, la déclaration d’Emmanuel Macron à une caissière sur le fait qu’elle n’avait « pas besoin d’augmentation ». La citation est tirée du site Franchetvinfo.fr connu pour son « but purement satirique » et humoristique. Si elle a fait le buzz c’est qu’elle a, malheureusement, été ensuite reprise par plusieurs autres sites comme Linfopopular.net qui comme le démontrait récemment le magazine LeMonde cache un vaste réseau d’Ukrainien. Ainsi, cette déclaration est totalement fausse puisqu’elle n’a jamais été prononcée par le président.

Puis, les 72 000€ de rémunération d’un mois de 2019 à Laurent Pietraszewski le nouveau haut-commissaire aux retraites. Ce député LREM du Nord avait occupé pendant plusieurs années un poste de responsable des ressources humaines dans différentes entités du groupe de distribution Auchan. Dans ses premières déclarations à la HATVP (Haute Autorité pour la transparence de la vie publique) en 2017, il déclarait des rémunérations oscillant autour de 60 000€ par an. Dans sa seconde déclaration en 2019, Laurent Pietraszewski a pu déclarer un montant de 71 872€ pour la période Août/Septembre 2019. Cette somme a été perçue comme une rémunération incompatible avec son mandat. Or, rappelons qu’à son élection en tant que député en juin 2017, il a suspendu son contrat qui, à la suite d’une réorganisation de l’entreprise, a été transféré vers un autre site. Cette mutation a été refusée par l’intéressé menant à un licenciement économique en mai 2019. Ainsi, comme l’explique son cabinet, les 72 000€ ne sont pas une rémunération mais une indemnité de licenciement versée fin août 2019.

Enfin, l’intervention du ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, sur France Inter le 19 janvier. Il a été écrit que le ministre aurait dit que « 99% des enseignants soutiennent la réforme du bac ». Afin d’infirmer cette information, une remise en contexte semble nécessaire. Au cours de l’interview, il a été évoqué l’intrusion d’opposants à la réforme dans le lycée Blaise-Pascal de Clermont Ferrand qui a menée à l’annulation des épreuves du bac dans ce lycée. Jean-Michel Blanquer répond à cela que « les gens qui perturbent sont des gens qui, vraiment, ne font pas de bien aux élèves ». Sur quoi le journaliste Ali Baddou le coupe pour ajouter que « Ce sont parfois des gens qui aiment leur métier, Jean-Michel Blanquer ». Et c’est là que les « 99% » sont prononcés, de cette façon « On peut aimer son métier et ne pas perturber les choses. Et 99% des enseignants sont d’accord avec ce que je viens de dire. » Ainsi, le ministre n’a pas annoncé que 99% des enseignants soutenaient la réforme mais que 99% de ces enseignants étaient d’accord sur le fait qu’on peut aimer son travail sans pour autant perturber les épreuves.