Sophie Errante est née à Nantes le 22 juillet 1971, elle a passé une large partie de son enfance dans les départements et collectivités d’Outre-Mer d'où elle a gardé la passion pour la différence et la découverte, qui ne l’a pas quittée depuis lors. Après des études commerciales, elle travaille en région parisienne, mais l’appel de sa région natale est trop fort et elle revient en 1998 à La Chapelle-Heulin, commune où elle puise ses origines familiales et fonde une entreprise familiale dans le domaine de l’équipement hospitalier à Nantes. Dans ses activités professionnelles, elle a de nouveau l’occasion de voyager et de travailler à l’international, confirmant sa curiosité pour la découverte des cultures et des territoires. Dans le même temps, elle s’implique dans la vie de sa commune : sport, associations de parents d’élèves, etc. En 2008, elle monte un projet citoyen sur sa commune et est élue maire de La Chapelle-Heulin. Elle sera par la suite la première femme élue députée de la circonscription de Vertou-Vignoble de Nantes en 2012. A l’Assemblée nationale, elle s’implique sur les questions environnementales, internationales, agricoles et pour la simplification des démarches administratives pour les usagers, les entreprises et les agents. De la commission des affaires économiques à celle des finances, en passant par la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, elle s’engage sur de nombreux sujets aussi divers que l'utilisation raisonnée des produits chimiques en agriculture (loi biodiversité, loi pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt), de la transition énergétique ou la modernisation des services publics. Son action est ancrée dans le quotidien des françaises et des français, empreinte de valeurs humanistes et d’un esprit pragmatique dans ses réalisations.

Dès 2012, elle participe aux actions pour le climat et intervient à différentes reprises en tant que députée lors des COP (notamment au Pérou et en Pologne). Réélue députée de Loire-Atlantique en 2017, elle devient vice-présidente de la commission des affaires économiques et présidente exécutive de la délégation française de l’Union interparlementaire (UIP – rassemblement des Parlements des Etats membres de l’ONU). Dans ses nouvelles fonctions, elle renforce cette dimension de son action en s’engageant dans les discussions internationales en faveur du climat, de la démocratie, de la paix et contre les violences faites aux femmes.

En février 2018, elle est élue Présidente de la Commission de surveillance de la Caisse des Dépôts et s’engage à plein temps dans cette mission d’intérêt général. Créée en 1816 et véritable tiers de confiance, la Caisse des Dépôts est un acteur de premier plan au service des politiques publiques. Au titre de ses fonctions, elle suit la bonne utilisation des 285 milliards d’euros des livrets A et Développement durable (LDDS) qui servent en grande partie au financement de programmes de logement social. Elle milite également pour engager la Caisse des Dépôts de manière résolue dans l’accompagnement au changement climatique. La CDC a aussi pour rôle d’accompagner les collectivités dans leur action au service du plus grand nombre avec la Banque des Territoires (Action Cœur de ville, Territoires d’industrie). Elle gère également la retraite d’un français sur cinq dans le secteur public et a créé en 2019 l’application Mon Compte Formation pour faciliter l’accès à la formation professionnelle au plus grand nombre (33 millions de comptes). Avec le rapprochement avec La Poste, la Caisse des Dépôts deviendra le plus grand pôle public financier jamais créé en France. Ce sont toutes ces missions que la Commission de surveillance est chargée d’évaluer. Résolument convaincue qu'un monde permettant l'émancipation de chacun et reconnaissant la diversité des personnes, des territoires et des cultures comme une richesse est possible, elle continuera de s'investir pour rendre cette ambition réalité.