Ce qui se passe ce week-end à Paris est tout simplement historique. Chacun doit le mesurer. Tout a commencé par un geste très fort du Président de la République en octobre 2019 : celui de confier à 150 Français tirés au sort, d’origines diverses, hommes et femmes à part égale, de sensibilités et de vécus différents, la totale liberté de réfléchir, lire, débattre, chiffrer, et in fine proposer des mesures audacieuses et ambitieuses pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique.

Jamais un chef de l’État n’avait jusqu’alors donné une telle preuve de son engagement en faveur des questions environnementales. Certains en ont douté, la preuve est désormais donnée qu’Emmanuel Macron est aussi celui qui aura eu le courage, plus qu’aucun autre avant lui, d’agir.

Mais le plus important est peut-être ailleurs. Au-delà de ce sujet fondamental, qui conditionne la survie de l’humanité, le Président de la République souhaite faire de notre pays un modèle d’exemplarité dans la confiance en l’intelligence collective. Déjà en 2016, dans son ouvrage « Révolution », avant même d’entrer à l’Élysée, il écrivait aux Français que

la solution est en nous (...). Elle se fera grâce à des solutions différentes qui supposent une révolution démocratique profonde. (...) Elle ne dépend que d’une chose : notre unité, notre courage, notre volonté commune. C’est cette révolution démocratique à laquelle je crois. (…) Car les Français, eux, ont une volonté, souvent négligée par leurs gouvernants. C’est cette volonté que je veux servir.

La réponse en la crise de la légitimité démocratique est sans doute là. Quand Emmanuel Macron fait le parie de l’intelligence collective et propose aux Français de prendre leur destin en mains, alors la confiance s’instaure. Pas un des citoyens tirés au sort, tout au long des 9 mois de travaux, ne s’est désisté. Tous ont pris conscience de la sincérité et de l’efficacité de la démarche, qui devra être suivie d’effets réels, avec des propositions qui seront parfois reprises « sans filtre » et/ou, nous l’espérons, soumises à référendum.

Nul doute qu’elle devra aussi être reproduite, ultérieurement, sur de nombreux autres sujets de société.

Quand l’État fait confiance à ses citoyens, ceux-ci le lui rendent bien. Le lien démocratique se recrée, les Français retrouvent l’espoir et la fierté.