En Marche Touraine ne remet pas en cause la liberté de contester mais condamne les affrontements de ces deux derniers week-ends à Tours. Les images dans tout le pays témoignent d’une escalade inacceptable des violences qu’aucune cause ne saurait justifier. Il faut faire la part des choses entre un collectif social qui doit être entendu et des éléments qui ont pour objectif de déstabiliser les institutions.

Au stade où nous en sommes, le problème n’est plus de savoir comment on en est arrivé là, c’est celui de savoir comment on en sort. Localement, au plus près du terrain. Adhérents, animateurs, député.e.s, En Marche Touraine se mobilise pour permettre un dialogue constructif pour inventer des dispositifs concrets.

Afin de créer les conditions d’une sortie de cette crise :

  • nous appelons à ce que les groupes de gilets jaunes de tout le département définissent des représentants locaux pour permettre de créer des rencontres locales.
  • nous appelons à une condamnation des violences.
  • nous appelons à ce que l’acte 4 de la contestation se déroule dans le respect de l’ordre public, hors des centres-villes, sous des formes qui réduise le risque d'infiltration du mouvement.

Les solutions ne viendront pas d’une remise en cause de la république et de ses symboles mais d’une mise en mouvement de celle-ci pour permettre à chacun de vivre mieux. C’est la raison d’être de “La République en marche”. Nous la portons depuis le premier jour. Jusque dans le nom de notre mouvement.