Ce week-end fut terrible.

Terrible de violence, à laquelle les manifestants et les casseurs se sont livrés, à Paris et sur les Champs-Élysées. Ces vandales, ont une nouvelle fois attaqué, avec préméditation, les policiers, les commerces, les kiosques et les immeubles d’habitations. Faisant cela ils attaquent symboliquement, nos institutions, notre économie, notre presse, et nos compatriotes.

Terrible de symboles aussi, lorsque les manifestants, par haine brute ou par bêtise, ont été jusqu’à profaner la plaque commémorative dédiée au policier Xavier Jugelé, mort pour nous protéger contre la menace terroriste. »

Terrible encore, lorsque les partis politiques ne dénoncent qu’à demi-mot ces actes, certains clamant même la légitimité de ces émeutes, car le mouvement serait « juste et positif », ou s’aveuglant à ne dénoncer que l’extrême-droite malgré l’évidente présence de l’extrême gauche.

Terrible enfin, en ce que cette émeute fait passer au second plan le défi de notre époque, le climat. Défi qui fit descendre dans la rue trois fois plus de manifestants ce même samedi à Paris, mais qui eut dramatiquement moins de couverture médiatique.

Il ne faut pas, jamais, s’habituer à ces week-ends terribles. Car ces actes, ces violences et ces postures n’ont pas leur place dans notre République.