Hier soir (16 mars 2019) se tenait à Rennes, une grande réunion de mobilisation des marcheurs d’Ille-et-Vilaine en vue de la campagne pour les élections européennes du 26 mai 2019. Devant une salle comble, Carole Gandon, référente départementale et porte-parole de LaREM, entourée des députés bretons Laurence Maillart-Méhaignerie, Gaël Le Bohec, Mustapha Laabid, Florian Bachelier et du député de Paris, Pacôme Rupin, a rappelé les enjeux et les défis de ce scrutin.

A l’image de l’appel du Chef de l’Etat le 5 mars dernier, l’initiative du Gouvernement lancée à l’échelle européenne et intitulée #Renaissance se doit de transformer profondément le quotidien de l’ensemble de nos concitoyens. Cette campagne doit porter haut et fort les valeurs européennes que sont la liberté d’opinion, la liberté de la presse, la liberté de circulation des personnes. Elle doit répondre également aux défis environnementaux, migratoires, de la transition numérique, et permettre le progrès social.

54526074_1022622444603347_873274749445210112_n.jpg?_nc_cat=104&_nc_ht=scontent-ams3-1.xx&oh=6933f4029325f62746e98c1dae13da65&oe=5D0D9FDB Citant Salvator De Madariaga, penseur pacifiste espagnol, Carole Gandon a souligné le message d’attachement à notre culture européenne et la nécessité d’en faire notre bien commun: « Avant tout, il nous faut aimer l’Europe, cette Europe sonore du rire énorme de Rabelais, éclairée du sourire d’Erasme et de l’esprit de Voltaire, où brillent les yeux de feu de Dante, les yeux lumineux de Shakespeare, les yeux sereins de Goethe et les yeux torturés de Dostoïevski. »

#Renaissance, c’est refonder l’Europe, amplifier ce qui marche, abandonner ce qui ne fonctionne pas et engager plus de coopération partout où cela est nécessaire.

Gaël Le Bohec a rappelé l’importance d’une coordination européenne dans le domaine de la santé, notamment au regard des différences importantes dans les cursus de formation médicale. En termes d’éducation, le dispositif Erasmus s’ouvre aux formations professionnelles et l’objectif est de doubler le volume des échanges dans le cadre de ce dispositif.

Florian Bachelier a insisté sur l’importance stratégique de la maîtrise de la donnée. La souveraineté numérique impacte tous les champs des politiques publiques. Ce défi ne peut pas être relevé seul et doit l’être avec nos partenaires européens. La Bretagne et la France ont un rôle déterminant à jouer dans ce domaine.

Mustapha Laabid a souligné que la question des flux migratoires sera un thème central de la campagne des Européennes dont les extrêmes se saisiront avec des discours simplistes telle la théorie du grand remplacement. Face à ce discours mensonger et l’utilisation outrancière de Fake News, il faudra poursuivre le travail mené pour aider le développement des pays africains, remettre à plat les accords de Shengen et le dispositif de police migratoire aux frontières.

Laurence Maillart-Méhaignerie a rappelé que l’Europe avait, dès les années 1990, montré le chemin du développement durable avec la directive « Nitrates », permettant ainsi la reconquête de l’eau en Bretagne. Le développement durable est en enjeu européen très fort, voulu par Emmanuel Macron et pour lequel la France doit se positionner en leader. Cette politique doit se doter d’un fonds de financement vert et permettre d’accompagner les agriculteurs au travers de la PAC, vers plus d’agroécologie grâce notamment à l’innovation, la recherche et la formation. 53811036_1022622514603340_6888447658050977792_o.jpg?_nc_cat=101&_nc_ht=scontent-ams3-1.xx&oh=e39750ccfca1653646ae6506fbe77dce&oe=5D23EEFB Antoine Esneault, référent des Jeunes Avec Macron, a salué la présence de nombreux jeunes et évoqué le dispositif « Yes to Europe » porté par les JAM et 11 autres mouvements européens. Cette initiative qui consistait à aller rencontrer des jeunes dans la rue pour discuter de l’Europe, a révélé un attachement profond à l’Europe de la jeunesse et aux valeurs progressistes et humanistes. La grève pour le climat a prouvé que la jeunesse savait se mobiliser de façon pacifiste pour défendre son avenir.

Enfin, cette réunion a été l’occasion de présenter l’équipe de campagne et les différents pôles qui auront un rôle majeur à jouer jusqu’au scrutin : le pôle formation pour aider nos militants à convaincre les électeurs, le pôle communication pour valoriser nos actions et lutter contre les Fake News, le pôle mobilisation pour organiser les différentes actions sur le terrain et le pôle conformité pour contrôler les dépenses qui seront engagées.

Comme l’a rappelé Laurent Plagne, coordinateur Europe de LaREM 35, cette campagne avait fait l’objet d’une préparation il y un an avec la Grande Marche pour l’Europe. Marie-Pierre Vedrenne, directrice de la Maison de l’Europe a poursuivi en affirmant que cette campagne doit maintenant permettre à LaREM d’arriver en tête le 26 mai et lancer la Renaissance en Europe.

De riches échanges se sont ensuite engagés avec la salle, échanges poursuivis autour du verre de l’amitié.