Je n'ai jamais pensé que ce serait facile. En disant cela, je me remémore l'an dernier à la même époque, quand nous, tous les Marcheurs d'Ille-et-Vilaine, égaux et fraternels , libres de vouloir faire de la politique autrement , nous étions tendus vers l'élection présidentielle. Notre engagement tient en quelques mots, souvent entendus et partagés lors d'une réunion de comité, d'un tractage sur un marché, d'un porte à porte à la rencontre des citoyens ou d'une réunion publique : transformer dans la bienveillance, le respect et la concertation pour plus de société civile, plus d'égalité Femmes/Hommes, plus d'Europe, pour une France qui réussit dans l'inclusion de tous les français, de tous les territoires.

Arrière petite-fille et petite-fille de cheminots, le premier a connu la fusion de plusieurs compagnies ferroviaires desservant la Normandie ainsi que la Bretagne qui vont devenir la Compagnie des Chemins de fer de l'Ouest, le second entré dans cette même compagnie racheté par l'Administration des Chemins de fer de l'État, a vécu en 1937 la création de la SNCF, j'ai été nourrie dès l'enfance d'histoires de trains qui partent et arrivent à l'heure pour transporter en sécurité les usagers.

Aujourd'hui je ne reconnais pas dans l'opposition systématique à la réforme que propose le gouvernement ce que mon histoire familiale m'a transmis : cet esprit Cheminot qui a produit tant de progrès social et de transformation technologiques, porté haut les couleurs du combat pour la Liberté dans l'égalité et la fraternité. Êtes-vous sûr?

Je constate un combat d'arrière-garde, fortement teinté de conservatisme, porté par la volonté de quelques-uns de ne rien changer sous prétexte de défense du Service Public, ce concept trop souvent galvaudé, qui sonne comme l'Alpha et l'Oméga de leurs revendications. Êtes-vous sûr?

En réalité, c'est la culture des acquis qui constitue le frein majeur

Mon vécu professionnel à l'international m'a offert l'opportunité de questionner et recueillir le regard du Monde sur la France, mon parcours de fonctionnaire au sein de l'administration des Postes et Télécommunications, puis de France Télécom et d'Orange d'accompagner les transformations nécessaires, quelquefois douloureuses, souvent gagnantes qui ont permis à notre opérateur historique d'être à la place qui est la sienne aujourd'hui en maintenant son capital humain.

Ces expériences humaines et professionnelles ont forgé ma conviction profonde que le conservatisme et la culture des acquis ne permettent à aucun individu, aucune organisation, aucun corps social, aucune nation de s'adapter pour se transformer. Êtes-vous sûr?

Gagner quoi ? Perdre quoi ? C'est bien la question. Vous, Français, c'est l'immobilisme ou la révolution ! Combien de fois ai-je entendu ces mots. Je me suis toujours inscrite en faux dans mon quotidien de femme, de citoyenne, de professionnelle estimant qu'il n'y a nulle fatalité seulement la crainte de perdre : statut, confort, habitudes ... Êtes-vous sûr?

Je combats de toutes mes forces, aujourd'hui plus encore car la transformation est possible, toute forme de conservatisme, je combats en m'engageant sans mièvrerie, en conscience, auprès du Président de la République élu, du gouvernement, des élus et des militants de LaREM pour faire gagner la France.

																																																																																																																																													Marie-Odile Lhomme