Le 8 mars, des adhérents et sympathisants de la quatrième circonscription d’Ille et Vilaine - Redon, Plélan Le Grand, Guichen - se sont retrouvés à Bain de Bretagne à l’invitation du Député Gaël Le Bohec.

Carole Gandon, référente départementale, s’est jointe à cette soirée pour échanger avec les personnes présentes. Pour favoriser la prise de parole, tout le monde s’est d’abord présenté et chacun a expliqué les raisons de sa présence. Gaël Le Bohec a ensuite évoqué ses premiers mois à l’assemblée nationale et la découverte de cette « vie politique ». Il a notamment livré quelques anecdotes révélatrices du renouvellement politique et de ses habitudes, dont la fin de la réserve parlementaire, les justifications de frais ainsi que les réformes d’un certain nombre de privilèges liés à la fonction.

Profitant de la « journée internationale des droits de la femme », une partie importante de la rencontre s’est focalisée sur ce thème, qui est une priorité nationale du gouvernement. Plusieurs personnes ont donné leurs avis, et notamment les femmes qui représentaient 1/3 de l’auditoire. Concernant les motifs qui peuvent freiner les femmes dans l’engagement politique, nous avons eu le témoignage d’Edwige qui « souhaitait vivement venir à cette réunion », mais qui a dû confier la garde de ses enfants pour la soirée à sa mère pour se rendre disponible.

Ensuite Carole Gandon a réagi à cette remarque en évoquant que ce point était une réalité, et que nous devions nous organiser différemment en adaptant les horaires et en répondant à l’enjeu de garde des enfants pour un engagement plus important au niveau professionnel et politique.

Des questions concernant la hausse de la CSG et la suppression de la taxe d’habitation ont donné l’occasion au député de la 4ème circonscription de réaffirmer la volonté du gouvernement à suivre son cap, à savoir d’une part redonner du pouvoir d’achat à la population active et d’autre part réduire le déficit budgétaire.

Au cours de la soirée, Gaël Le Bohec a également expliqué son projet de loi sur la tarification par tranche de la cantine scolaire, avec pour objectif de permettre à chaque enfant de manger un repas complet et ainsi de mieux vivre sa scolarité. La gratuité serait effective pour toutes les familles vivant sous le seuil de pauvreté.

*« Depuis plus de dix ans, le taux de pauvreté des enfants en France augmente : 16 % en 2005 et près de 20 % aujourd’hui. Un enfant sur cinq est donc un enfant pauvre. Un élève défavorisé sur 3 ne déjeune jamais à la cantine quand il est scolarisé hors REP, plus d’1 sur 2 en zone REP et 3 sur 4 en REP+. Les chiffres sont cruels : plus les enfants pauvres vivent dans des zones difficiles et moins ils sont assurés de pouvoir déjeuner »*

Les échanges se sont terminés sur le thème de l’Europe avec l’explication de la Grande Marche Européenne qui débutera le 24 mars. Tous les volontaires seront formés pour effectuer un porte à porte et soumettre aux habitants un questionnaire sur leur vision de l’Europe. Toutes les réponses pourront ainsi enrichir le programme qui servira de base pour les élections Européennes de 2019.