Lors de cette soirée, la secrétaire d'Etat a largement développé ses thèmes de prédilection souhaitant que la France soit la promesse d’une société juste, voulant être à la hauteur de l’école républicaine, avec pour but de lire, écrire, compter et respecter autrui.

Elle a évoqué ce qui a déjà été fait dans ce sens,

Pour que la situation des parents ne détermine pas l'apprentissage des enfants:
?770 000 collégiens ont participé au dispositif "devoirs faits"
?300 000 élèves ont bénéficié des petits-déjeuners équilibrés et gratuits dans les écoles des réseaux prioritaires
?8 000 élèves ont bénéfié de la cantine à 1 euro
?La France fait partie des 10% de pays à avoir le moins fermé les écoles pendant la pandémie; cela a été une boussole

Pour valoriser les enfants handicapés plutôt que les exclure:
?400 000 élèves en situation de handicap ont depuis 2017 pu être scolarisés
?25 000 AESH

Une école pour apprendre:
?Instruction obligatoire de 3 à 18 ans
?Les classes de grande section, CP et CE1 en REP ont été dédoublées pour atteindre maximum 12 élèves par classe pour 350 000 élèves
?75 % des élèves de nos écoles bénéficient de rencontres avec les artistes et les œuvres
  En matière d'éducation, la laïcité est au cœur de notre République. L’école est uniquement le lieu de l’apprentissage. Nous luttons fermement contre le harcèlement
Sarah El Haïry, a insisté sur le fait que l'école est avant tout  un lieu pour réussir. Chacun doit avoir accès à un parcours d'excellence
?200 cités éducatives sont ouvertes pour donner accès aux activités périscolaires
?307 internats d'excellence sont accessibles partout sur le territoire
?Parcoursup c’est la fin du tirage au sort !

Notre école honore ses professeurs, nous avons réalisé des avancées concrètes sur la question des revalorisations des salaires, sur 2021 et 2022, c’est plus de 1,1 milliard d’euros. Un travail sur l'attractivité des carrières a été fait ainsi qu'une amélioration des conditions d'exercice. De nouveaux postes on étés créés pour la cinquième rentrée consécutive.

Avant 2017, les problèmes s’accumulaient pour la jeunesse, avec un taux de chômage de plus de 20%. Nous portons une ambition pour la jeunesse : rendre à chacune et chacun la maîtrise de son destin et lutter contre les assignations à résidence. C’est tout le sens de la politique que nous menons. L’orientation, les besoins financiers, la confiance en soi, il y avait beaucoup à faire pour les jeunes, avant même la crise sanitaire. Les jeunes Français attendaient des résultats : le taux de chômage des jeunes est au plus bas depuis les années 80 à 15,9%. Grâce à cela, nous donnons les moyens à chaque jeune de s’émanciper, pour ceux qui étudient, pour ceux qui travaillent, pour ceux qui avaient du mal à se loger. Pendant la crise, nous avons lutté contre la précarité étudiante.

Le Service national universel (SNU) permet de renforcer la cohésion sociale et nationale et de susciter une culture de l’engagement.

Enfin, favoriser l’insertion sur le marché du travail de la jeunesse. La jeunesse est à présent mieux armée pour ses premiers pas dans le monde du travail grâce à la réforme de l’apprentissage. En pleine crise sanitaire, nous avons favorisé l’embauche des jeunes avec une prime de 4 000 euros pour tout jeune recruté de moins de 26 ans. Nous luttons contre les sorties sèches du système. En 2021, nous avons étendu la Garantie jeunes afin que 200 000 jeunes au total puissent bénéficier d’un accompagnement vers l’emploi et d’une indemnité de 497 euros.  Nous allons encore plus loin avec le Contrat Engagement Jeune, véritable révolution de l’accompagnement vers l’emploi.

 Notre ambition est d'améliorer le quotidien de la jeunesse, pour l’accès à la culture, pour l’accès à la santé, pour le permis de conduire, pour les besoins de première nécessité avec la gratuité des protections hygiéniques pour les étudiantes et de la contraception féminine jusqu’à 25 ans.
3f210b01-2132-492a-92a5-90986a2ff868.png

L'intervention de la sécrétaire d'Etat a été suivie d'une table ronde concernant ces mesures et les prochaines étapes #5ansdeplus #avecvous, avec la participation de Sandrine Mörch, Élisabeth Toutut-Picard, députées de la Haute-Garonne, la correspondante de campagne Alice Dausse, et la référente des Jeunes avec Macron 31, Océane Larousse.

On se retrouve dès le 22 Mars pour une nouvelle grande soirée, sur le thème "Quelles politiques pour le grand âge ?" Rendez-vous ici pour découvrir cette invitation