La haut-commissaire à la transformation des compétences, Estelle Sauvat, a confirmé l’investissement de 52 millions d’euros dans la formation professionnelle cette année et d’un demi-milliard sur 5 ans en Nouvelle-Aquitaine. 52 millions d’euros dès le mois de février, puis 459 à 573 millions sur quatre ans, de 2019 à 2022 : voilà en quoi doit consister l’engagement financier de l’État pour la formation en Nouvelle-Aquitaine. 11 500 puis 60 000 formations

Cet investissement doit permettre de financer 11 500 formations de plus cette année, puis 60 000 autres d’ici 2022. La haut-commissaire a par ailleurs précisé que le montant exact de l’investissement auquel l’État consentira entre 2019 et 2022 dépendra de la capacité de la Région à utiliser ces fonds de manière efficace, c’est-à-dire que des « objectifs » et des «  cibles » lui seront assignés.

Mise en œuvre du PIC en Nouvelle-Aquitaine : 48 633 places de formation en 2018

Le Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) passe, en région, par une phase dite d’amorçage en 2018, puis une phase de développement sur 2019-2022 avec un Pacte Etat-Région.

L’Etat et la Région ont ainsi conclu une convention pour la phase d'amorçage du PIC en Nouvelle-Aquitaine. Elle prévoit une enveloppe de 51,52 M€ pour réaliser 11 449 parcours supplémentaires au bénéfice des personnes peu ou pas qualifiées ou pour des formations de remise à niveau, de maîtrise des savoirs de base, de re-mobilisation ou d’aide à l’élaboration de projet.

Au total 48 633 entrées en formation seront proposées cette année en Nouvelle-Aquitaine.

La professionnalisation des demandeurs d’emploi

Environ 6500 places de formation permettront de préparer des habilitations professionnelles favorisant des recrutements plus rapides : habilitations électriques, sécurité, amiante, CACES… 150 parcours de formation seront proposés pour des créateurs d’entreprises et 1000 autres parcours supplémentaires pourront être financés par la Région dans trois secteurs qui recrutent : les transports, les services à la personne et le commerce.

L’inclusion linguistique et numérique

Près de 4 000 parcours seront offerts dans ce domaine : actions de découverte et d'apprentissage des usages du numérique (pour tous et à tous niveaux), actions linguistiques (pour maîtriser des fondamentaux de la langue française avant de s’engager dans une démarche de qualification), dispositifs particuliers pour les jeunes dé-socialisés, les handicapés psychiques (aide à la personne, propreté...), aides au permis de conduire en lien avec la formation suivie quand il est indispensable au métier visé.

Le développement de nouvelles formes de formation


Environ 1 000 demandeurs d’emploi pourront bénéficier de la poursuite des expérimentations pour les formations numériques et de formations en situation de travail. A noter : le ministère vient aussi de lancer le volet «  10 000 formations pour les métiers de la transition écologique.

Merci au Comité Local du Bouscat pour ces informations