Pour cette rentrée politique, La République En Marche en Côtes d'Armor a choisi de présenter Le plan Pauvreté, une réforme profonde entamée par le gouvernement, et qui a été saluée par les principaux acteurs de la solidarité.

d86a5843-e6df-4261-a675-56ebeea0ac78.png

Un plan qui, tant dans la forme que le fond, illustre la volonté du gouvernement de décliner le volet PROTEGER annoncé par Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, tout comme le plan Santé présenté par Agnès BUZYN

Les quatre députés costarmoricains investis sous la bannière LaREM participaient, ainsi que de nombreux maires et élus du département, le référent départemental, animateurs locaux, adhérents, sympathisants, ou simples citoyens désireux de s'informer. Présence qui montre la réalité de notre ancrage territorial, et démarche qui illustre notre volonté d’agir au plus près des Françaises et des Français: pour les informer, leur permettre de s’engager, et construire avec eux l’action politique de demain.

e7baa734-5a29-4c09-8ced-444f53001203.png

La République en Marche a fait sa rentrée politique salle Palante à Hillion, déclinant ainsi le choix de la faire au contact de nos concitoyens et au plus près des territoires, partout en France, contrairement à la “tradition” très centralisée des universités d’été, suivie scrupuleusement par les partis traditionnels

En Côtes d'Armor, 2250 adhérents dont la plus grande partie sont réunis en 15 comités locaux, œuvrent tous les jours en harmonie avec leurs élus sur le terrain au renouvellement de la vie politique, en écoutant leurs concitoyens, en expliquant le grand projet de transformation entamé par le gouvernement, et notamment en cette rentrée : fiscalité, plan Pauvreté, plan Santé, rentrée scolaire et universitaire, loi PACTE, etc...

b42dcd96-4ad1-4ed1-af06-464ac089d49e.jpgLes comités locaux, cheville ouvrière du mouvement, forment le maillage du territoire

La réunion a débuté par un mot d'accueil chaleureux de Mickael COSSON, maire de Hillion: "Défendre l'intérêt de mes concitoyens implique naturellement pour moi le dépassement de tous les vieux clivages", et un discours d'ouverture de Dominique LEBAILLY, référent départemental: "La philosophie de cette réforme, c'est que le cœur même de notre politique sociale n'est pas que les plus pauvres vivent un tout petit peu mieux dans la pauvreté, et qu'ils y restent - c’est qu’ils en sortent ! Nous devons nous attaquer au cœur même des mécanismes de création de la pauvreté, de sa reproduction. Nous refusons la fatalité sociale. Comment agir ? En détruisant les inégalités à la racine, en réparant les inégalités de destin".

1ca9c86e-a6ce-4bf5-bf77-457ad2e18c3f.JPG

Le plan Pauvreté est un plan inédit financé à hauteur de 8 milliards d'euros appuyés sur d'autres mesures gouvernementales qui le renforcent (loi Liberté de choisir son Avenir professionnel, loi ELAN, Plan Santé...). Il constitue un élément majeur de la transformation systémique de notre protection sociale et de la prévention, qui attaque les inégalités avant qu'il ne soit trop tard.

Face à elle, les gouvernements successifs ont tous adopté la même stratégie curative : soigner, tenter de guérir les maux a posteriori, « adoucir » la pauvreté, ne traiter que ses symptômes. Le résultat ? La pauvreté est devenue un héritage familial. Des inégalités de destins se sont installées : selon l'endroit où vous êtes né, la famille dans laquelle vous avez grandi, l'école que vous avez fréquentée, votre sort est le plus souvent scellé.

d4957e4f-ebfe-44c1-9441-c79b67f91654.JPG

Autour d'une table ronde, deux députés, un maire et Président de communauté d'agglomération, un responsable de fédération nationale, et un cadre dans l'action sociale ont débattu de ce plan, la coordination étant assurée par Gaël CORNEC (co-animateur du comité LaREM de Lannion)

Le député Yannick KERLOGOT a évoqué les tickets de cantines scolaires à un euro, les petits déjeuners gratuits en Zone REP, la scolarisation à partir de trois ans, la création de 30 000 places de crèche supplémentaires. "En tant qu'ancien instituteur je connais bien les difficultés d'apprentissage des enfants qui n'ont pas mangé et l'importance de ces mesures. Relisez Saint-Exupéry: dans *Terre des hommes*, alors grand reporter en partance pour la Russie, sa méditation humaniste le conduisait à s’interroger sur les conséquences de la misère, singulièrement sur les enfants: "Ce qui me tourmente....c’est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné."

Homme de terrain, Mickaël HOURMAN a mentionné la fin des sorties sans solutions à l’atteinte de la majorité du jeune (protection étendue offerte par les départements et l'Etat) et les fonds d'expérimentation. Autant de moyens nouveaux pour relever les défis.

Le député Bruno JONCOUR a complété le tableau sur le plan sanitaire: "Difficile de parler de plan Pauvreté sans aborder le plan Santé dont nous devrions plus parler ! Création de 100 centres et maisons de santé dans les quartiers prioritaires, mobilisation de la médecine de ville en milieu scolaire, garantie à chacun de l'accès une complémentaire santé... On ne pourra énumérer ici l'intégralité des avancées".

9714b244-4c7c-4a4c-aac0-b2484ced1d69.JPG

Joël LE JEUNE, président de Lannion-Trégor Communauté, a fait part de son expérience d'élu territorial: "Nos communes, et pas simplement les grandes villes, sont touchées par les phénomènes de pauvreté, y compris en milieu rural. A la pauvreté s'ajoute l'isolement. Que ce soit pour la mise en place des cantines ou de l'action sociale, nous sommes mobilisés sur les territoires."

Luc DE GARDELLE, Président de la fédération des entreprises d'insertion, a décrit l'accueil reçu par le plan: "Notre fédération d'entrepreneurs d'insertion a accueilli ce plan avec enthousiasme. J'étais là lors de sa présentation par le Président, et j'ai bien vu qu'il y avait quelque chose de nouveau, de plus ample. Pic insertion, accroissement de nos capacités d'accueil en reliant mise au travail, formation et accompagnement, une réponse enfin à un vieux à un vieux combat ! Le lien avec l'entreprise sera déterminant pour la réussite de ce plan. Resteront à discuter les modalités d'application."

7fc3f423-2c5f-44a5-8942-f3234f215519.JPG

Cette table ronde fut suivie de questions, et à l'une concernant les repas en cantine scolaire, la question du glyphosate a refait surface, ainsi que celle de la garantie jeunes et aux familles. Eric BOTHOREL monta alors à la tribune pour répondre à la question relative au glyphosate et rappeller à l'assemblée que, sans l'action de la France, l'utilisation de ce produit serait autorisée pour 15 ans ! "Ramenée à 5 ans en Europe, à trois ans pour la France, on ne peut pas dire que notre pays ne se soit pas montré efficace avec ses partenaires. La question d'imposer par la loi cet engagement ne se posera que si les choses n'évoluent pas, mais rompons avec cette culture qui considère que le changement ne se fait que par le truchement de loi et de l'hyper réglementation, et faisons un peu confiance aux acteurs !"

Dominique LEBAILLY répondit à la question relative à la Garantie jeune en rappelant l'effort consenti de passer de 100 000 jeunes bénéficiaires à 500 000, la création d’une « Garantie d’activité » combinant accompagnement social renforcé et insertion dans l’emploi pour 300 000 allocataires demandeurs d'emploi par an, l'accroissement du nombre de salariés accueillis dans le secteur de l’insertion par l’activité économique grâce à un investissement exceptionnel de l’État, et l'essaimage d’expérimentations positives, entre autres.

d4560120-0019-47c5-93d9-429d6bfa0c59.JPG

L'assemblée a pris fin par une conclusion politique partagée, du député Eric BOTHOREL pour remettre en perspective la période écoulée de réformes et la volonté de continuer ce travail de transformation sans relâche, une intervention de Joël LE JEUNE réaffirmant le rôle des maires en tant qu'acteurs majeurs du processus de transformation dans les territoires, et un discours de clôture du référent départemental LaREM, rappelant la cohérence d'ensemble de notre projet, entre libérer et protéger, la cohésion du mouvement avec militants et élus, pour faire face aux enjeux de demain, y compris lors des futures échéances électorales, Européennes et municipales.

Mettant l'accent sur les futures élections Européennes, Dominique LEBAILLY déclara : "Dans ce combat pour l'Europe, pour paraphraser un ex-président qui parle trop et qui n'aurait pas dû dire cela, nous avons un adversaire. Notre adversaire, notre véritable adversaire, a des visages, des noms, des adresses, des partis; Ils s'appellent : peur, conservatisme, repli sur soi, nationalisme, populisme, ils sont tous différents, mais ils se rejoignent tous ! Il a des visages, ceux de MM. SALVINI, ORBAN, KATCHINSKY par exemple, et, en France même, celui de Marine LE PEN... Notre adversaire a des partis qui en contaminent même d'autres, plus respectables a priori. Ils présenteront leurs candidats, et notre rôle sera de leur opposer partout un projet progressiste, démocratique et fraternel."

e28663cd-dd87-4a53-8510-b72e96b09c11.jpg Un pot de l'amitié chaleureux et joyeux a clôturé cette journée réussie !