Le 24 février dernier, l'équipe départementale de la République En Marche des Côtes d'Armor organisait une réunion publique sur l'Europe, salle de l'Estran à Binic. Cette manifestation ouvrait l'organisation de la Grande Marche Européenne, un mois avant sa mise en œuvre effective.

64445c03-36f9-4cfe-acee-0c98104c2c75.jpgTêtes d'affiches, experts, sujet: tout a concourru à l'affluence du public

Plus de deux cents personnes dans la salle, attentives, curieuses, souvent captivées, ont écouté les interventions de haut vol et pu poser des questions aux invités. Trois députés costarmoricains de la majorité présidentielle étaient présents :

• Hervé BERVILLE, membre de la commission des affaires étrangères (LREM) et porte-parole du Groupe LREM à l'Assemblée,

• Yannick KERLOGOT, membre de la commission à l’éducation et aux affaires culturelles (LREM)

• Bruno JONCOUR, membre de la commission des affaires étrangères (Modem)

Ils faisaient face à 3 experts :

• Mme Nicole GNESOTTO, Professeur du CNAM, titulaire de la Chaire sur l’Union européenne et Présidente du Conseil d’administration de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN), vice-présidente de l’Institut Jacques Delors, et membre du comité de rédaction de la revue Esprit, auteure entre autres de "Notre Europe", avec Michel Rocard et de "Où va le monde ?" avec Pascal Lamy.

• Mme Jeanne Françoise HUTIN, fondatrice et Présidente de la Maison de l’Europe de Rennes et de Haute-Bretagne et du CIED Cap Ouest.

• Mme Roselyne LEFRANCOIS, ancienne députée européenne de 2004 à 2009, Vice-présidente du Mouvement européen-France, Présidente du ME Ille-et-Vilaine, Membre du Bureau du Mouvement Européen International depuis 2014.

Animée par Jean-Michel ADENOT, la réunion débuta par une courte introduction politique apportée par le référent départemental de la République En Marche reprenant des éléments de l'intervention de Emmanuel Macron à la Sorbonne, et replaçant la préoccupation européenne comme constitutive de l'ADN même du mouvement, et le témoignage personnel de Fanny Pesnel sur son engagement européen.

5daf390f-5696-4bd7-8dfd-3c3e6f8bedc3.JPG

Dominique LEBAILLY et Fanny PESNEL

Les thématiques abordées par les invités ont été les suivantes :

• L’Europe et le Monde : quelle place pour l’Europe dans le monde face à l’émergence de l’Afrique, au Brexit, et au trio Chine, Etats-Unis, Russie

• Comment consolider les fonctions européennes pour répondre aux enjeux économiques, écologiques ou climatiques, aux enjeux sociaux, fiscaux ou budgétaires?

• Comment ré-enchanter l’Europe, en préservant la mixité des cultures : Erasmus, apprentissage, expérience ?

149e91e0-e90f-4763-8414-156994056bc6.jpgHerve BERVILLE et Nicole GNESOTTO : "L'Europe est un géant économique et un nain politique"

64c456e1-7a3f-4ffc-b9a4-29c4b11af721.jpgBruno JONCOUR et Roselyne LEFRANCOIS : "Qui peut me décrire dans cette salle le fonctionnement des institutions européennes et me citer les députés européen bretons ? "

126c0d3f-5173-4664-b0c2-015fb8897e1f.jpgJeanne-Françoise HUTIN et Yannick KERLOGOT (avec Jean-Michel ADENOT) : "L'Europe n'est pas qu'une question de statistiques et de chiffres économiques, c'est une affaire de cœur, d'êtres humains, c'est un idéal de fraternité"

L'intervention de Héloïse CASAS, suppléante LREM du député Bruno JONCOUR, actuellement Chargée de mission à la Représentation Permanente de la France auprès de l'Union Européenne, a apporté, au delà des analyses rigoureuses et démonstrations des intervenants précédents, la jeunesse et la fraîcheur de son témoignage personnel, évoquant l'enrichissement apporté par ses études au collège européen, l'intérêt du brassage des cultures et des langues, le sentiment de fraternité partagée entre de jeunes Européens qui étudient et vivent ensemble.

f3bafef1-989a-486f-a758-5c5dcc0d2031.jpgHéloïse CASAS

Terminons, de la plus belle des manières, par les mots d'Emmanuel MACRON :

« Ce fut la lucidité des pères fondateurs de transformer ce combat séculaire pour l’hégémonie européenne en coopérations fraternelles ou en rivalités pacifiques. Derrière la Communauté du Charbon et de l’Acier, ou le Marché commun, c’est la promesse de paix, de prospérité, de liberté que le projet forgeait. Tous les défis qui nous attendent - du réchauffement climatique, à la transition numérique, en passant par les migrations, le terrorisme, tout cela, ce sont des défis mondiaux face auxquels une nation qui se rétrécit sur elle-même ne peut faire qu’à peu près et peu de chose. L’Europe seule peut, en un mot, assurer une souveraineté réelle, c'est-à-dire notre capacité à exister dans le monde actuel pour y défendre nos valeurs et nos intérêts. Il y a une souveraineté européenne à construire, et il y a la nécessité de la construire.»

Extrait du discours de la Sorbonne, Paris, le 26 septembre 2017"