Le Tro Breiz (sans h car le nom s'est fixé au XIXe siècle, avant l'orthographe normalisée du breton), qui signifie « tour de Bretagne », est un pèlerinage qui relie les villes des sept saints fondateurs de la Bretagne (600 kilomètres de marche à l'origine). Le 15 octobre, à l'occasion de la journée internationale de la femme rurale, Marlène Schiappa a effectué un tour de Bretagne presque aussi complet, rencontrant des habitants des quatre départements bretons dans la journée !

Pour son étape costarmoricaine, nous étions à Guingamp pour l'accueillir, à l'occasion d'un déjeuner privé, républicain et fraternel, résolument en marche, avec une parole ouverte et libre. Dominique Lebailly, référent départemental, et Yannick Kerlogot, député de la circonscription, ont eu des mots chaleureux pour l'accueillir, ce dernier terminant en breton, ce à quoi la ministre répondit non sans humour en corse !

A cette table rigoureusement paritaire se côtoyaient donc deux députés, des assistants ou suppléants parlementaires, des élus locaux, des animateurs de comités LaREM, de simples adhérents, sans oublier plusieurs représentantes de "Elles marchent". Le département était représenté dans toute sa diversité, de St-Brieuc à Dinan, de Guingamp à Pléneuf Val-André, en passant par Lannion ou Plénée-Jugon.

139c993b-e88b-4fa5-a55b-b5b9969be10a.JPG

Une table de marcheurs engagés, originaires de tous les territoires costarmoricains !

Après un tour de table de présentation de chacun, Marlène Schiappa nous demanda quels sujets préoccupaient les citoyens de notre région afin de faire remonter leurs attentes, dans une démarche d'amélioration constante de la pédagogie et de la communication des réformes du gouvernement.

Les échanges portèrent bien sûr principalement sur son thème de prédilection, l’égalité entre les femmes et les hommes. La suppléante d'Hervé Berville, Françoise Desprès, intervint notamment avec conviction sur le rôle déterminant de l'école. Furent aussi évoquées, entre autres, les publicités gouvernementales sur le harcèlement, trés appréciées car permettant d’ouvrir des discussions en famille, ou encore la mise en place prochaine de référents filles/garçons dans les écoles élémentaires, collèges et lycées, et pourquoi pas en maternelle ? Les aspects particuliers de ces questions en zone rurale furent abordés: isolement, mobilité, et autres sujets du quotidien.

Eric Bothorel, de retour d'une visite en Belgique, aborda le cyber-harcèlement, qui peut être qualifié d’harcèlement et de viol dans ce pays. Il appela également de ses vœux une place plus grande des femmes dans le numérique, son sujet de prédilection, comme il le fait régulièrement - encore récemment à l'occasion d'une consultation citoyenne sur l'Europe organisée en septembre à Lannion, ou encore aux assises du numérique à Monaco.

d61ebfbf-dad8-4b35-b887-e2fb8f28d37a.JPG

Une ministre à l'écoute de tous: élus, animateurs, militants

En fin de repas, les échanges s'élargirent aux thèmes politiques du moment. Ainsi l'épisode de la stigmatisation de députés de la majorité par le député LFI François Ruffin fut-il abordé. Le référent revint également sur les journées LaReM à Hillion, consacrées au Plan pauvreté (voir notre article détaillé sur ce site à ce sujet ici), pour s'interroger sur le séquencement de la politique du gouvernement et le rythme des annonces. (en l'occurrence, le Plan Vélo fut initié le jour d'après, suivi immédiatement du Plan Santé).

On le voit, le débat tourna sur la forme de la pédagogie de l'action. Car pour ce qui est du fond des réformes et de la politique, le constat fut unanime pour saluer un gouvernement et une majorité au service des français, refusant les totems (c'est notre marque de fabrique), et loin des postures politiciennes qui polluent trop souvent le débat public.

Mais il était déjà l'heure de partir vers le Morbihan ! Une photo sur le parking, à peine le temps d'apercevoir le Trieux en contrebas, et Marlène Schiappa reprenait la route. Ce fut un moment intense, court comme un déjeuner entre amis, et où nous n'avons pas vu passer le temps. Restera, longtemps dans nos mémoires, le souvenir de ce "formidable déjeuner" qu'elle saluera un peu plus tard sur un réseau social, et, pour nous, celui d'une femme engagée, à l'écoute, attentive, au contact simple et chaleureux, et pleinement concentrée sur sa mission.

103912f0-52c5-4c90-91a4-8dbd0e23bace.JPG

Dialogue entre Marlène Schiappa et Yannick Kerlogot, au coeur du débat sur la ruralité